La morale du professeur

Résumé : La professionnalisation des métiers de l’enseignement, initiée dans les années 1990 avec la naissance des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), s’est pensée dans l’oubli des questions morales. On a longtemps épilogué pour savoir s’il fallait distinguer le didactique du pédagogique, débattu sans fin des modalités à mettre en œuvre pour rendre l’évaluation toujours plus objective, disserté sans relâche sur les profils cognitifs et pédagogiques des élèves... Mais on n’a guère parlé de morale. Cet ouvrage entend réparer cet oubli. Trois grandes conceptions normatives sont aujourd’hui en débat : le déontologisme (option qui qualifie a priori certains actes comme moraux ou immoraux), le conséquentialisme (point de vue qui apprécie la moralité d’un acte à l’aune de ses conséquences) et le vertuisme (qui, au-delà des actes, s’intéresse à l’étoffe morale de l’agent). Alors, faut-il être déontologiste, conséquentialiste ou vertuiste ? Ni conséquentialiste, ni vertuiste, la morale professorale est un déontologisme tempéré, une morale du devoir tempérée par le souci occasionnel des conséquences.
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
Presses universitaires de France, pp.288, 2013, Hors collection, 978-2-13-062626-8. 〈https://www.puf.com/content/La_morale_du_professeur〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01444411
Contributeur : Lisec Ul <>
Soumis le : mardi 24 janvier 2017 - 09:44:42
Dernière modification le : lundi 23 juillet 2018 - 14:57:26

Identifiants

  • HAL Id : hal-01444411, version 1

Collections

Citation

Eirick Prairat. La morale du professeur. Presses universitaires de France, pp.288, 2013, Hors collection, 978-2-13-062626-8. 〈https://www.puf.com/content/La_morale_du_professeur〉. 〈hal-01444411〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

103