Professer sa foi en toutes lettres. La correspondance Rousseau-Vernes - Université de Lorraine Access content directly
Conference Papers Year : 2014

Professer sa foi en toutes lettres. La correspondance Rousseau-Vernes

Abstract

Les 35 lettres échangées entre Jean-Jacques Rousseau et Jacob Vernes entre 1754 et 1765 jettent une lumière décisive sur la religion de Rousseau. Les expressions personnelles de la foi y abondent. Contre une religion d’en-haut, Rousseau propose une religion du dedans, c’est-à-dire du cœur. Il fait du sujet l’acteur exclusif de son bonheur et de son salut, le seul arbitre de ses actions et de ses pensées. Un tel aveu, d’une telle sincérité, est reçu par Vernes comme un affront, que celui-ci fera durement payer à son auteur. Lui qui, n’ayant pas renoncé à ses ambitions littéraires, est en quête d’appuis, est secrètement en relation avec Palissot et Fréron, Tronchin, Bonnet et Voltaire, qui l’appelle familièrement « mon cher prêtre ». Chacun se peint dans la lettre tel qu’il se rêve à travers l’autre, la lettre jouant la fonction d’un miroir d’encre. Mais concurremment, l’autre est aussi un double honni, la part inavouable de soi-même. Tantôt désirable, tantôt repoussante, l’image de l’autre n’est en fin de compte pas dissociable du travail en soi d’une identité en recherche de complétude.
Fichier principal
Vignette du fichier
Professer_foi_Brucker.pdf (278.26 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01482995 , version 1 (13-03-2017)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01482995 , version 1

Cite

Nicolas Brucker. Professer sa foi en toutes lettres. La correspondance Rousseau-Vernes. Rousseau en toutes lettres, Mar 2012, Brest, France. pp.207-221. ⟨hal-01482995⟩
55 View
245 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More