Une vie sociale encore bien normée. L’exemple d’un campus universitaire français

Résumé : À partir d’un questionnaire distribué à un échantillon raisonné d’étudiants, d’enseignants et de membres du personnel administratif et de service d’un campus universitaire français, nous avons rendu visibles des registres normatifs communs au fondement de la vie sociale. Ce constat invite à relativiser la thèse selon laquelle l’ensemble de la vie sociale, plus particulièrement en milieu urbain, serait aujourd’hui dans un état de “liquidité” généralisée synonyme de brouillage des repères collectifs et de dissolution des cadres normatifs. En d’autres termes, l’article montre qu’un territoire urbain institutionnel comme l’université s’apparente encore à un monde durkheimo-goffmanien, c’est-à-dire un monde structuré autour de manières d’être consolidées.
Type de document :
Article dans une revue
Recherches sociologiques et anthropologiques, Recherches sociologiques et anthropologiques, 2013, 44 (1), pp.157 - 169. 〈https://rsa.revues.org/961〉. 〈10.4000/rsa.961〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01625133
Contributeur : 2l2s Ul <>
Soumis le : vendredi 27 octobre 2017 - 10:50:32
Dernière modification le : samedi 28 octobre 2017 - 01:14:26

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé. Une vie sociale encore bien normée. L’exemple d’un campus universitaire français. Recherches sociologiques et anthropologiques, Recherches sociologiques et anthropologiques, 2013, 44 (1), pp.157 - 169. 〈https://rsa.revues.org/961〉. 〈10.4000/rsa.961〉. 〈hal-01625133〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

28