Pratiques linguistiques et usages de l’anglais dans les musiques électro-amplifiées en France : le cas des spectacles à L’International

Résumé : Les musiques populaires électro-amplifiées (MPEA) existent, en partie et parfois principalement, par la figure originale du chanteur, qui a été maintes fois défini comme un porte-parole et « porte-son ». Il est l’objet d’un soin marketing intéressé, d’une lutte entre instrumentistes et producteurs et d’une attention publique particulière lors de l’émergence du star-système de la variété. La position centrale qu’il occupe, qu’il soit interprète, auteur ou les deux, rend les MPEA particulièrement révélatrices des liens entre art et pratiques sociolinguistiques. Depuis plusieurs années, l’usage des langues étrangères est devenu un fait social important en France. Un rapide calcul nous permet, par exemple, d’observer que, sur 164 concerts qui ont eu lieu en une semaine à Paris, 92 ont été assurés par des groupes ou artistes français, dont plus de la moitié utilisent l’anglais pour chanter.
Type de document :
Article dans une revue
French Politics, Culture & Society, Berghahn, 2016, 34 (1), pp.122-142. 〈10.3167/fpcs.2016.340109〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01629093
Contributeur : 2l2s Ul <>
Soumis le : lundi 6 novembre 2017 - 09:15:05
Dernière modification le : vendredi 28 septembre 2018 - 11:46:01

Identifiants

Collections

Citation

Michael Spanu, Jean-Marie Seca. Pratiques linguistiques et usages de l’anglais dans les musiques électro-amplifiées en France : le cas des spectacles à L’International . French Politics, Culture & Society, Berghahn, 2016, 34 (1), pp.122-142. 〈10.3167/fpcs.2016.340109〉. 〈hal-01629093〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

46