L’ineffectivité du droit positif en Afrique subsaharienne

Résumé : L’Afrique offre, depuis quelques décennies, un terrain fécond pour des études, nombreuses et diverses, tant sur la naissance et la formation de l’Etat, sur la démocratisation de la société, les élections que sur la naissance de la nation elle-même. La circulation du droit constitutionnel, objet de notre congrès, peut donner l’occasion, au lendemain des fêtes marquant cinquante ans des indépendances de nombreux Etats africains, de vérifier l’effectivité du droit constitutionnel, voire du droit positif dans son ensemble. L’objet de cette communication est de montrer que le droit positif, en ceci qu’il favorise, à travers le contrat social, la naissance et l’organisation politique de la société, n’est pas le seul créateur de norme juridique. En effet, dans les sociétés africaines, la norme constitutionnelle se trouve trop souvent dans une situation de cohabitation avec la norme coutumière. Il s’agira donc jauger l’effectivité de la norme juridique face à la coutume notamment dans les sociétés d’Afrique noire.
Type de document :
Article dans une revue
Civitas Europa, Institut de recherches sur l'évolution de la Nation et de l'État IRENEE (Université de Lorraine), 2013, 2013/02 (31), pp.239 - 260. 〈http://www.cairn.info/revue-civitas-europa-2013-2-p-239.htm〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01637550
Contributeur : Irenee Ul <>
Soumis le : vendredi 17 novembre 2017 - 16:02:06
Dernière modification le : samedi 18 novembre 2017 - 01:16:53

Identifiants

  • HAL Id : hal-01637550, version 1

Collections

Citation

Leonard Matala-Tala. L’ineffectivité du droit positif en Afrique subsaharienne. Civitas Europa, Institut de recherches sur l'évolution de la Nation et de l'État IRENEE (Université de Lorraine), 2013, 2013/02 (31), pp.239 - 260. 〈http://www.cairn.info/revue-civitas-europa-2013-2-p-239.htm〉. 〈hal-01637550〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

13