L’action extérieure de l’Union européenne : nouvelle forme de puissance ou forme d’impuissance ?

Résumé : Les jugements que l'on peut porter sur la puissance incarnée par l'Union européenne oscillent entre deux pôles radicalement opposés. D'un côté, on peut soutenir que les Européens « ont abandonné le monde anarchique de Hobbes pour entrer dans le paradis post-moderne de Kant.» L'Union européenne vivrait dans « un système post-moderne » dans lequel la raison d'état, le recours à la force, les ruses de l'art de gouverner auraient été remplacés par « la conscience morale » ; on peut alors identifier cette Europe à Venus, face aux grandes puissances qui resteraient du côté de Mars (Robert KAGAN, La Puissance et la Faiblesse, Ed. Plon, 2003). A ce constat d'impuissance, répond une analyse selon laquelle l'Union européenne aurait réussi à développer une vision de la puissance différente des Etats traditionnels et que certains ont joliment qualifiée de « puissance tranquille » (voir Tzvetan TODOROV, Le Nouveau désordre mondial, Réflexions d'un européen, Ed. Robert Laffont, Paris, 2003). Il est en tout cas clair que le type d'influence, que l'Union européenne essaye d'exercer sur la scène internationale, est intimement lié à un traumatisme initial : l'échec de la Communauté Européenne de Défense, qui voulait adosser une défense commune sur une politique étrangère commune et que les Français, pourtant à l'origine du projet, refusèrent. Ce traumatisme initial allait durablement réduire la politique extérieure de l'Union à être un prolongement de son ambition économique. Cependant, les différentes étapes « constituantes » de la construction européenne vont tenter de dégager peu à peu une véritable politique étrangère par rapport à cet engluement économique originel. De ce point de vue, on peut évoquer une avancée institutionnelle progressive visant à faciliter l'émergence d'une véritable politique étrangère. Pourtant, les insuffisances originelles et structurelles de l'Union européenne, les intérêts différents des Etats qui la composent, peuvent faire douter de l'efficacité de cette volonté. Le fait est qu'aujourd'hui, et malgré les dernières avancées permises par le Traité de Lisbonne, l'Union européenne reste principalement une puissance civile. Il n'est pas cependant impossible de supposer que, même si l'Union n'est pas un Etat et ne le sera probablement jamais, certains moyens pourraient être mis en oeuvre pour lui permettre d'exercer une puissance qui se rapprocherait de celle d'un acteur global des relations internationales. I) Un renforcement institutionnel progressif en vue de faire émerger une véritable politique étrangère Si l'échec de la CED installa durablement la Communauté Economique Européenne dans la construction d'une politique extérieure dérivée de la réalisation d'un marché commun, au fur et à mesure de la révision des Traités fondateurs de la Communauté puis de l'Union, apparut une réelle tentative de mettre sur pied une politique étrangère qui se détache de ce caractère économique initial. On peut, de ce point de vue, probablement distinguer trois phases « constituantes ». I-1 Jusqu'au Traité de Maastricht, une politique extérieure dérivée de la réalisation d'un marché commun Et tout d'abord le Traité de Rome va permettre à la Communauté Economique Européenne d'exercer certaines compétences externes, mais qui ne sont que le prolongement de la réalisation d'un marché commun. A l'évidence, la première phase et le premier élément
Type de document :
Communication dans un congrès
10th ECSA-C biennial L’Europe et la paix, May 2014, Montréal Canada. 2014, 〈http://www.ecsa-c.ca/wp-content/uploads/2014/11/5C_Mouton.pdf〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01646325
Contributeur : Irenee Ul <>
Soumis le : lundi 4 décembre 2017 - 11:47:04
Dernière modification le : mercredi 23 mai 2018 - 10:34:47
Document(s) archivé(s) le : lundi 5 mars 2018 - 12:20:21

Fichier

5C_Mouton.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Fichier auteur disponible en ligne : http://www.ecsa-c.ca/2014-ecsa-c-biennial/

Identifiants

  • HAL Id : hal-01646325, version 1

Collections

Citation

Jean-Denis Mouton. L’action extérieure de l’Union européenne : nouvelle forme de puissance ou forme d’impuissance ?. 10th ECSA-C biennial L’Europe et la paix, May 2014, Montréal Canada. 2014, 〈http://www.ecsa-c.ca/wp-content/uploads/2014/11/5C_Mouton.pdf〉. 〈hal-01646325〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

38

Téléchargements de fichiers

119