Amoralité de la littérature, morales de l'écrivain - Université de Lorraine Access content directly
Proceedings Year : 2000

Amoralité de la littérature, morales de l'écrivain

Abstract

L'amoralité de la littérature est souvent dénoncée par les institutions qui sont les dépositaires, sinon les garants des valeurs morales en usage dans une société donnée. Mais dans le même temps, à la fois parce que l'écriture comporte presque nécessairement une interrogation sur sa finalité et parce que l'écrivain énonce souvent et respecte toujours des règles qui en définissent la seule forme légitime à ses yeux, la création littéraire apparaît comme une activité proprement éthique. Plus ou moins visible suivant les époques et suivant les écrivains, la quête d'un point d'équilibre entre ces deux principes, le refus de la morale et l'exigence éthique, parfois difficile à atteindre, apparaît comme une donnée importante de la création littéraire, aux XIXe et XXe siècles. Installés sur une sorte de fil du rasoir entre l'amoralité et l'exigence éthique, les écrivains modernes et contemporains semblent condamnés à rechercher un pôle d'équilibre, à l'intérieur même de l'œuvre: ils sont par là même voués à définir et à justifier une pratique singulière de l'écriture, sinon une conception originale de la littérature.
No file

Dates and versions

hal-01700069 , version 1 (03-02-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01700069 , version 1

Cite

Jean-Michel Wittmann. Amoralité de la littérature, morales de l'écrivain. Amoralité de la littérature, morales de l'écrivain, Mar 1998, Metz, France. Honoré Champion, 2000, Champion Varia, 2745302019. ⟨hal-01700069⟩
244 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More