Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Le portrait comme affirmation d'autorité : l'exemple du père Louis Petit (1580-1612/1652), ministre général de l'ordre des Trinitaires

Résumé : Le pouvoir de l'image n'est plus à démontrer. Dès le Moyen Âge, les ministres généraux de l'ordre des Trinitaires, institution née en 1198 pour le rachat des captifs chrétiens, se font représenter. Les portraits illustrent principalement le religieux dans le cadre de ses fonctions (Jean Halboud de Troyes (1421/1439)), dans un rôle honorifique (Robert Gaguin (1473/1501)) ou dans un contexte théologique (Nicolas Musnier (1509/1545)). Dans l'histoire du portrait, le XVI e siècle marque une évolution importante avec l'émergence de la caricature dont François I er notamment eut à pâtir ou avec le développement du portrait officiel, du vivant du souverain ou du dignitaire ou lors de sa mort avec la diffusion des effigies en cire (Henri IV). Le portrait ecclésiastique, où l'on voit le modèle assis, semble figé dans les modèles proposés par Raphaël et Titien et perpétués par Van Dyck jusqu'à un Francis Bacon (1909-1992). Le Greco reste fidèle à ce schéma pour son portrait, très connu, du père Paravicino. Que se passe-t-il chez les Trinitaires précisément à cette époque ? L'ordre subit les soubresauts liés à la diffusion de la réforme trinitaire dite « de Pontoise » durant la première moitié du XVII e siècle. Ce mouvement prit naissance hors de l'institution et y fut intégrée à la fin du XVI e siècle. Nicolas Musnier fut ministre du couvent de Meaux avant d'être élu général et connaissait donc les idées réformatrices de l'évêque du lieu, Guillaume Briçonnet, mais n'y sembla guère sensible. Plus tard, l'un de ses successeurs, Bernard Dominici (1570/1597), dit « de Metz », se prononça ouvertement contre les idées protestantes et ne faisait pas mystère de son soutien envers la Ligue. Quelques années plus tard pourtant, le père Louis Petit succédait à son oncle, François Petit, le 7 juillet 1612. Le long ministère de Louis fut mouvementé, constamment obligé qu'était le ministre d'asseoir son pouvoir face à l'expansion de la réforme (trinitaire) en France (approuvée par un bref le 15 mars 1578) qui bénéficiait du soutien du pape. Pour limiter la progression, Louis Petit exigeait une demande écrite de la part des ministres qui souhaitaient intégrer ce mouvement. En revanche, il sembla porter un intérêt moindre à la déchausse espagnole (créée en 1599) qui menaçait moins directement son autorité. Les difficultés rencontrées par Louis Petit dans la direction de l'ordre faisaient écho à celles rencontrées par des autres chefs d'ordres. On ne peut toutefois mettre en évidence une intervention quelconque de Richelieu dans les affaires de l'ordre comme cela s'observe dans d'autres congrégations 1. Loin d'abattre le ministre, les obstacles le contraignirent à utiliser des techniques modernes pour constamment conforter son autorité. Pour cela, il utilisa une invention qui prenait un grand essor : l'estampe. Mais très ingénieusement, il s'en servit pour diffuser son portrait dans chacune des maisons de l'ordre. Aucun religieux ne pouvait plus dès lors ignorer qui dirigeait l'institution. Ces estampes, outre leur intérêt pour la connaissance de la physionomie et de la psychologie de l'homme aux différents âges de sa vie, restent indissociables du contexte historique qui les fit naître. Formellement, tous les portraits restent influencés par les canons flamands, diffusés déjà au XVI e siècle, mentionnant notamment l'âge et l'année d'exécution. Il faut toutefois se poser une question importante. Les portraits du ministre furent-ils gravés d'après des peintures ou étaient-ils exécutés seulement à titre de propagande ? Sans doute faudra-t-il attendre que les tableaux, s'ils n'ont pas disparu, apparaissent sur le marché pour répondre. En effet, on sait que l'église des 1 Les Cisterciens (Pacaut (Marcel), Les moines blancs, histoire de l'ordre de Cîteaux, Fayard, Paris, 1993, p. 324) ou les Bénédictins de Cluny (Pacaut (Marcel), L'ordre de Cluny, Fayard, Paris, 1986, p. 386-389) sont tiraillés par des difficultés identiques à celles qui intéressent les Trinitaires.
Document type :
Book section
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01781020
Contributor : Jean-Luc Liez <>
Submitted on : Thursday, May 3, 2018 - 8:14:17 PM
Last modification on : Tuesday, May 15, 2018 - 1:20:00 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 25, 2018 - 3:58:08 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01781020, version 1

Collections

Citation

Jean-Luc Liez. Le portrait comme affirmation d'autorité : l'exemple du père Louis Petit (1580-1612/1652), ministre général de l'ordre des Trinitaires . Les personnes d'autorité en milieu régulier. Des origines de la vie régulière au XVIIIe siècle, pp.20&-208, 2009, 978-2-86272-621-2. ⟨hal-01781020⟩

Share

Metrics

Record views

31

Files downloads

53