Sondages d’intention de vote : donnez-nous les marges d’erreur !

Résumé : Bien des débats agitent l’interprétation que l’on peut faire des sondages d’intention de vote et leur fiabilité. Que ce soit la méthode de collecte – par Internet, par téléphone ou en face à face ; en auto-administration ou via un enquêteur ; en recevant des incitations matérielles à répondre ou pas, etc. –, la prise en compte ou non du degré de certitudes des répondants pour leurs choix, ou encore l’existence de phénomènes de sous-déclaration de la part d’enquêtés qui auraient une gêne à exprimer la réalité d’un choix qu’ils sauraient être mal vu dans la société. Tous ces critères se croisent pour animer le débat : les sondeurs par exemple, ne voient pas pourquoi des sondés en auto-administration d’un questionnaire en ligne se sentiraient gênés à avouer leur vote pour le Front national. Les détracteurs des sondages considèrent, de leur côté, que l’incitation matérielle à participer peut conduire des gens faiblement politisés à répondre et donc accroître artificiellement le score de certains candidats et concomitamment le taux de ceux qui se déclarent peu sûrs de leurs choix. Mais nous ne souhaitons pas ici rouvrir ces débats. L’enjeu est plutôt de réfléchir à la question des « intervalles de confiance », terminologie de la statistique qui est traduite pour le grand public par l’expression « marges d’erreur ». Expression impropre car elle laisse à penser qu’il s’agit d’une erreur de calcul, alors qu’il s’agit juste d’insister sur l’existence d’incertitudes. La question est de comprendre ce que le raisonnement et l’exposition médiatique des résultats d’un sondage d’intention de vote changent si on donne à voir le score obtenu (situé au beau milieu des intervalles de confiance) ou si on expose la totalité du spectre des scores possibles, naguère vulgarisé sous l’appellation de « fourchettes ». Après avoir rappelé ce que sont ces marges d’erreur, tels que les instituts les décrivent eux-mêmes, nous souhaitons pointer la difficulté de s’y retrouver pour les calculer puisque ni les instituts ni les médias ne trouvent utiles et pertinents d’exposer leurs résultats ainsi. Mais surtout, une fois les calculs (approximatifs) faits, il s’agira de prendre au sérieux les résultats d’intention de vote obtenus pour montrer à la fois que la perception qu’on peut avoir des intentions de vote change beaucoup d’une présentation à l’autre, et aussi que les résultats comparés de quatre sondages récents laissent voir une photo bien peu cohérente de l’électorat. D’où d’ailleurs l’exploitation différenciée des sondages dans chaque équipe, puisqu’il s’en trouve toujours un pour être interprété au mieux de leur intérêt. Ce qui conduit finalement à s’interroger sur l’utilité sociale de ce foisonnement de sondages dont on perçoit bien qu’ils jouent un rôle dans la détermination de certaines intentions électorales : fuite des intentions d’un candidat vers un autre, par exemple des sympathisants PS vers Mélenchon au détriment de Hamon perçu de plus en plus comme un vote inutile.
Document type :
Other publications
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01822603
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Monday, June 25, 2018 - 12:48:22 PM
Last modification on : Wednesday, October 17, 2018 - 10:12:04 AM

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-01822603, version 1

Collections

Citation

Arnaud Mercier. Sondages d’intention de vote : donnez-nous les marges d’erreur !. 2017, https://theconversation.com/sondages-dintention-de-vote-donnez-nous-les-marges-derreur-75992. ⟨hal-01822603⟩

Share

Metrics

Record views

42