Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Conference papers

Caractérisation de plantes hyperaccumulatrices pour la production d'énergie et de sels de nickel

Abstract : Dans l’environnement, les plantes dites hyperaccumulatrices de m taux ont la capacit  d’accumuler dans leurs organes des quantit s en m taux mille fois plus  lev es que les autres plantes. Elles peuvent ainsi  tre utilis es pour la d pollution de sols ou  tre cultiv es sur des sols m tallif res en vue de   produire des m taux   selon un proc d  appel  agromine. Des proc d s hydrom tallurgiques ont  t  con us pour produire des sels de nickel (Ni)   partir de telles plantes (Barbaroux et al., 2012 ; Zhang et al., 2014 ; Zhang et al., 2016) cultiv es sur sols ultramafiques (riches en Ni). La premi re  tape consiste g n ralement   br ler la biomasse s che, pour produire des cendres riches en Ni (10   20 % massiques) et de l’ nergie. Or la production d’ nergie a  t  peu  tudi e jusqu’ici. L’objectif de cette contribution est de caract riser 3 plantes hyperaccumulatrices de Ni, Alyssum murale, Leptoplax emarginata et Berkheya coddii, non seulement pour d terminer leur composition, mais surtout pour quantifier l’ nergie produite au cours de la combustion. Ces plantes poussent naturellement sur des sols de serpentine et peuvent accumuler dans leurs tissus plus de 1000 μg Ni.g-1 de mati re s che. Les proc d s ont  t  d velopp s avec A. murale, et on cherche ici   comparer avec d’autres candidats potentiels pour l’agromine. Les plantes ont des compositions massiques similaires en C (≈ 43 %), H (≈ 5,5 %), O (≈ 40 %), N (≈1,5 %) et S (≈ 0,5 %), une densit  d’environ 1,4 g.cm-3 et une humidit  comprise entre 5 et 9 %. Elles contiennent principalement du nickel, 0,3 % pour B. coddii, 0,5 % pour L. emarginata et 1,2 % pour A. murale, mais aussi d’autres  l ments majeurs comme Ca, Fe, K, Mg, Na, P, S et Zn. La d termination exp rimentale du PCS est en accord avec celui obtenu par le calcul. Il est en moyenne sup rieur   17 MJ.kg-1. Les analyses thermogravim triques montrent des pertes en masse successives qui correspondent   l’ vaporation de l’eau, la d gradation de l’h micellulose, de la cellulose et de la lignine. Le taux de cendres est  gal en moyenne   8 %   550  C et 5 %   900  C. La calcination des plantes permet de concentrer les cendres en nickel jusqu’  environ 20 fois. Il n’y a pas de perte d’ l ments m talliques lors de la combustion mais l’ mission de gaz comme H2, CO, CO2 et N2.
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02354414
Contributor : LRGP UL Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, November 7, 2019 - 4:58:57 PM
Last modification on : Saturday, October 15, 2022 - 3:52:38 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02354414, version 1

Citation

Claire Hazotte, Baptiste Laubie, Ramez Saad, Marie Rue, Émile Benizri, et al.. Caractérisation de plantes hyperaccumulatrices pour la production d'énergie et de sels de nickel. 16ème Congrès de la Société Française de Génie des Procédés (SFGP 2017), Société Française de Génie des Procédés, Jul 2017, Nancy, France. Papier #3.10. ⟨hal-02354414⟩

Share

Metrics

Record views

59