La crise financière : révélateur des faiblesses du Tigre celtique ? - Université de Lorraine Access content directly
Book Section Year : 2010

La crise financière : révélateur des faiblesses du Tigre celtique ?

Abstract

For over 4 decades, the economic development of Ireland has been largely based on foreign direct investment. In order to attract multinational companies, the Republic of Ireland has opened up her economy, cut corporate taxes and offered a young, skilled and cheap workforce. This strategy worked has proved efficient as foreign investment has transformed the Irish economy since the end of the 1980s, – hence Ireland’s nickname, the “Celtic Tiger”. Nonetheless, in the past months, some multinational companies, such as Dell, which started its Irish operations 18 years ago, have decided to axe a great number of jobs in Ireland in order to open new subsidiaries in low-cost countries. With those relocations and redundancies, one can wonder about the impact of the economic crisis on Ireland’s economic development strategy? In April 2009, Finance Minister Brian Lenihan stated in his Budget speech that corporate tax would remain unchanged at 12.5% while other tax rates would be increased. Is Ireland still competitive enough to attract foreign investment? Are the current economic difficulties a direct consequence of the financial crisis or do they simply reveal more structural weaknesses? Does Ireland need again to change her economic paradigm? Is it time Ireland reexamined her economic paradigm?
Depuis plus de quatre décennies, le développement économique de l’Irlande repose largement sur une politique d’attraction des investissements étrangers. Pour attirer les multinationales, l’Irlande a ouvert son économie, baissé son taux d’imposition sur les bénéfices des entreprises et proposé une main-d’œuvre instruite et bon marché. Cette stratégie s’est révélée efficace puisque l’arrivée massive de capitaux étrangers depuis la fin des années 1980 a transformé l’économie irlandaise, ce qui lui a valu le surnom de « Tigre celtique ». Or depuis quelque temps, certaines multinationales, comme Dell – implanté il y a 18 ans en Irlande – réduisent fortement leurs effectifs en Irlande, notamment au profit d’autres pays à bas coût. Ces annonces de délocalisation ou de licenciements amènent à s’interroger sur l’impact de la crise économique sur la stratégie irlandaise de développement économique. L’Irlande semble vouloir maintenir sa politique d’attraction des investissements étrangers. En effet, le ministre des Finances Brian Lenihan, a annoncé en avril 2009, lors de la présentation du budget, le maintien du taux d’imposition sur les bénéfices des sociétés à 12,5%, alors que tous les autres taux d’imposition augmenteront. L’Irlande demeure-t-elle encore suffisamment compétitive pour attirer les capitaux étrangers ? Les difficultés actuelles de l’économie irlandaise sont-elles une conséquence directe de la crise financière ou le simple révélateur de faiblesses plus structurelles ? Est-il temps pour l’Irlande de revoir son paradigme économique ?
No file

Dates and versions

hal-02474295 , version 1 (11-02-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02474295 , version 1

Cite

Vanessa Boullet. La crise financière : révélateur des faiblesses du Tigre celtique ?. La crise financière et les économies du monde anglophone, Presses Sorbonne Nouvelle, 2010, 9782878545043. ⟨hal-02474295⟩
29 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More