Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Quand les écrivains mettent en scène le peuple : invention, immersion, représentation ?

Résumé : Les littératures, et particulièrement celles d’expression francophone, sont, par définition, produites par des lettrés munis d’un capital culturel qui en fait des élites et donc les exclut du peuple selon la définition marxiste. Cependant, depuis Aimé Césaire, nombre d’entre eux se mettent en scène comme les porte-parole des « sans-voix » qui seraient leur peuple ce qui les place en position d’interprètes d’une catégorie de leur société dont ils ont eux-mêmes défini les contours. D’autre part, les discours anticoloniaux puis nationalistes utilisent la notion de « peuple » de manière beaucoup plus large en y incluant l’ensemble des populations d’un territoire ou d’une race (les « peuples noirs » selon l’expression de la revue Présence africaine) qui aspire à l’émancipation. Surgit alors la dichotomie entre « eux » et « nous ». L’écrivain se trouve cette fois immergé, inclus dans cette entité qui, pour légitimer ses aspirations, doit être représentée comme identifiable et cohérente. Enfin, les littératures de la période contemporaine, issues d’individus qui, sans renier leurs origines, aspirent à choisir leur positionnement dans le monde, semblent avoir perdu de vue les deux notions précédentes pour représenter, de manière indirecte le plus souvent, des stratifications sociales tues par les discours précédents. La notion de peuple n’est plus alors utilisée que dans les discours de revendication politique, réduite au sens d’ « opposition au pouvoir ». Semblent revenir des questions ethniques, les rapports de domination entre personnes, catégories internes à un « peuple ». Nous nous proposons de tenter d’analyser cette trajectoire littéraire de la notion, en nous appuyant sur des auteurs de la période coloniale (Césaire, Rabemananjara) et des périodes de l’immédiate post-indépendance et des auteurs contemporains le camerounais Patrice Nganang, le congolais Alain Mabanckou, les malgaches Michèle Rakotoson et Naivo. Nous nous demanderons s’il s’agit d’un retour des catégories dressées par l’ethnographie coloniale (qui a travaillé à l’inventaire des différents peuples) ou s’il faut conclure à la fin des catégorisations et à l’avènement d’une individuation post-moderne où la littérature peut librement revisiter l’histoire précoloniale et explorer la complexité des sociétés et des rapports humains indépendamment des discours idéologiques.
Document type :
Book section
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02970356
Contributor : Dominique Ranaivoson <>
Submitted on : Sunday, October 18, 2020 - 7:21:35 AM
Last modification on : Monday, October 19, 2020 - 3:26:12 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02970356, version 1

Collections

Citation

Dominique Ranaivoson. Quand les écrivains mettent en scène le peuple : invention, immersion, représentation ?. Apela. Quand les écrivains mettent en scène le peuple : invention, immersion, représentation ? Images et usages du peuple dans les littératures d’Afrique et de la diaspora, A paraître, Quand les écrivains mettent en scène le peuple : invention, immersion, représentation ? Images et usages du peuple dans les littératures d’Afrique et de la diaspora. ⟨hal-02970356⟩

Share

Metrics

Record views

9