Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Procédés d'expressivité dans l'onomastique personnelle de Béotie

Abstract : 0.0 L'anthroponymie béotienne a été jusqu'ici l'objet d'études qui se sont attachées essentiellement aux particularités lexicales ou suffixales. Je pense aux travaux de G. Neumann (1908) et de T. Kalen (1924), mais aussi aux descriptions générales du dialecte béotien, qui comportent toutes un chapitre reservé aux anthroponymes. On peut y ajouter un certain nombre d'articles parus dans diverses revues et les développements inclus des ouvrages plus généraux, qui reprennent la mê me démarche. Il y avait déjà eu toutefois une approche plus linguistique de l'onomastique personnelle de Béotie dans un article de F.Blass (1881) sur la gémination et dans des cours de Meillet consacrés à la gémination et à l'aspiration expressives. Mais l'article de Blass est très court et, par conséquent, incomplet ; les travaux de Meillet ont laissé peu de traces écrites et ont surtout été utilisés en linguistique latine (Graur 1929) et germanique (Martinet 1937). Je me propose de reprendre ici l'étude de la gémination et de l'aspiration consonantique d'origine expressive appliquée à l'anthroponymie béotienne, avec l'intention de mettre en évidence leur contexte phonétique et morphologique, leur fréquence relative et leur distribution géographique et historique. 0.1. Je me suis donné les limites suivantes : a) épigraphiques : il s'agit de l'étude des inscriptions dialectales, qui couvrent la période allant du 7e siècle à la première moitié du 2e siècle a. C. b) linguistiques : pour les notions de gémination et d'aspiration expressives, j'ai utilisé la définition donnée par Carton (1974, p. 236). Le terme d'expressivité désigne tout ce qui n'est pas une simple information dans un exposé oral. En conséquence et partant de la constation que les anthroponymes grecs sont issus de radicaux (présents sous une forme simple ou composée, élargis ou non par des suffixes) apparaissant dans le lexique sous une forme donnée, seront considérés comme expressifs tous les noms qui présenteront une géminée ou une aspirée absente dans l'entrée lexicale, donc "anormale". Ainsi les nombreuses composés en £Ippo-, Kalli-, `Apollo-, … d'une part, en Jeo-, Pij-, Maco-, … d'autre part, ne seront pas considérés comme expressifs, même si, à l'origine, certains ont pu comporter cette nuance (cf. par ex. Chantraine 1968, s.v. kal'os). 0.2. Cette étude porte sur la totalité des noms que j'ai relevés, soit environ 9500. Il est donc possible de déterminer avec une certaine précision l'ampleur de chaque phénomène, ainsi que la répartition géogra¬phique et historique de chacun d'eux. 0.2.1. L'étude de leur distribution géographique est destinée à vérifier si la volonté d'indépendance qu'ont toujours manifestée en politique les cités béotiennes, a pu se traduire au plan linguistique par des différences dialectales. Les difficultés que j'ai rencontrées ici sont liées au volume plus ou moins impor¬tant des documents recueillis dans chaque cité. Pour certaines d'entre elles ils sont très peu nombreux : les résultats obtenus sont alors sans grande signification. 0.2.1. L'étude de la répartition historique de la gémination et de l'aspiration expressives répond au souci de cerner avec le plus de précision possible l'évolution de chaque phénomène. Ainsi, dans la graphie, la gémination est rendue par des procédés différents et assez bien délimités dans le temps (cf. infra 1.0). C'est donc en fonction de cette réalité graphique que j'ai établi les séquences chronologiques : I. du 7e s. au milieu du 5e s. (= 257 noms) II. du milieu du 5e s. au milieu du 4e s. (= 711 noms) III. du milieu du 4e s. au milieu du 3e s. (= 1 910 noms) IV. du milieu du 3e s. au milieu du 2e s. (= 6 586 noms) En I les géminées ne sont généralement pas notées. En II et III elles le sont régulièrement, mais la limite du milieu du 4° s. correspond à plusieurs faits : — l'alphabet épichorique béotien est définitivement abandonné. Il n'était plus employé dans les textes officiels depuis 395 (cf. Taillardat-Roesch, R.Phil. 1966, p. 70-87), mais s'était maintenu dans les inscriptions privées. Il était a priori possible (même si les faits ont prouvé le contraire) qu'il ait existé des usages graphiques différents entre cet alphabet et l'alphabet attique qui l'a remplacé ; — beaucoup de cités (Platées, Thisbé, Lébadée, Hyettos, Copai, Chéronée, …) ne présentent un nombre d'inscriptions relativement important qu'à partir de cette date; — secondairement elle correspond à un changement historique (cf. infra 1.3.3). En IV les géminées sont notées irrégulièrement, mais elles restent néanmoins la norme graphique. Cette classification chronologique, importante pour les géminées, n'entraînant aucune gêne pour l'étude de l'aspiration consonantique et facilitant même la comparaison entre les deux phénomènes, je l'ai étendue à cette dernière. …/… (15 pages) Plan suivi 1. La gémination expressive 1.0. Notation des géminées et interprétation historique 1.1. Importance générale du phénomène 1.2. Contextes morphologiques 1.3. Représentativité par cité 2. L'aspiration expressive 2.0. L'aspiration vocalique et consonantique 2.1. L'aspiration consonantique dans les anthroponymes 2.2. Dans les radicaux 2.3. Dans les suffixes 3. Tableau comparatif des phénomènes expressifs étudiés 4. Conclusion et remarque générale
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02978366
Contributor : Guy Vottéro <>
Submitted on : Monday, October 26, 2020 - 1:34:11 PM
Last modification on : Tuesday, October 27, 2020 - 3:29:38 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02978366, version 1

Collections

Citation

Guy Vottéro. Procédés d'expressivité dans l'onomastique personnelle de Béotie. P. Roesch - G. Argout. La Béotie antique, Editions du CNRS, pp.403-417, 1985. ⟨hal-02978366⟩

Share

Metrics

Record views

12