Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Le système numéral béotien

Abstract : 0. Le corpus épigraphique béotien est suffisamment important pour permettre une étude détail¬lée du système numéral dialectal et fournir ainsi les éléments d'une com¬paraison éventuelle avec les autres dialectes grecs. Il présente toutefois un certain nombre de caractéristiques qu'il est né¬cessaire de connaître si l'on veut bien apprécier les faits rencontrés. 0.1. Date et nature des documents épigraphiques 0.1.1. Les inscriptions présentent aux 3epm-2eam un système assez complet ; on dispose ainsi de 281 exemples de numéraux pour 46 textes, provenant de 14 ci¬tés (Ariarte, Coronée, Lébadée, Chéronée, Orchomène, Hyettos, Copai, Acraiphia, Thèbes, Tanagra, Platées, Thespies, Thisbè, Chorsia), soit la quasi totalité des cités béotiennes ; les mentions vont de un à cin¬quante mille (soit 59 nombres) pour les cardinaux, de premier à vingt-sixième pour les ordinaux (soit 25 nombres), de deux fois à huit fois pour les multiplicateurs (soit 5 exemples), aux¬quelles on peut ajou¬ter une dizaine de dérivés nomi¬naux ou adjectivaux ; 0.1.2. En revanche, aux périodes antérieures, le système est très partiel, voire inexistant ; on relève ainsi aux 4eam-3e m 82 exemples de numéraux, pour 10 textes, provenant de 6 cités (Lébadée, Orchomène, Copai, Thèbes, Tanagra, Thes¬pies) ; les mentions vont de deux à mille cinq cents (soit 25 nombres) pour les car¬dinaux, de premier à quatrième pour les ordinaux (soit 3 nombres), rien pour les multiplicateurs. Avant le 4e s. aucun exemple n'est attesté pour les cardi¬naux, ni pour les multiplicateurs ou les dérivés, et on en a peut-être 1 pour les ordinaux. 0.2. Problématique 0.2.1. La profondeur historique des documents béotiens n'est donc que de deux siècles/deux siècles et demi, dans le meilleur des cas ; et souvent il n'est pas pos¬sible de vérifier s'il existe une continuité entre les époques où les faits sont attestés : c'est ainsi que 21 nombres seulement sont attestés du 4eam au 2eam, 33 nombres ne le sont qu'aux 3epm-2eam, et 5 aux 4eam-3em. Les exemples les plus nombreux sont donc tardifs et ils précèdent de peu la dispa¬rition du dialecte dans l'écriture. On doit dès lors se demander si certaines particularités béo¬tiennes sont anciennes (héritage du proto-grec) ou récentes (produit d'évolutions internes ou d'influences ex¬térieures), comme dans le cas de ia, féminin de e»is, ou si un tour comme deka pente , au lieu de pente kai deka, s'explique par une particularité locale ou par une in¬fluence de la koinè. 0.2.2. Mais il faut préciser également que : a) la période la plus riche en exemples, c'est-à-dire les 3epm-2eam, correspond à celle où l'on rencontre les gra¬phies béotiennes les plus ca¬racté¬ristiques ; b) quand on peut établir une comparai¬son, on ne constate guère d'évolution entre les faits les plus anciens et les plus ré- cents ; c) le système graphique utilisé aux 3epm-2eam est visi¬ble¬ment hérité de l'époque épichorique (c'est-à-dire du 4ed au plus tard), comme le montre la plupart des signes utilisés (cf. infra § 0.2.3). …/… (74 pages) Plan suivi 1. Le système linguistique 1.1. Détail des faits 1.2. Graphies et phonétique 1.3. Aspects morphologiques et syntaxiques 1.4. Aspects syntaxiques 2. Le système graphique 2.1. Détail des faits 2.2. Commentaire 2.3. La disparition de l'AP et son remplacement par le GP 3. Note sur le vocabulaire de l'économie 4. Conclusion
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02978383
Contributor : Guy Vottéro <>
Submitted on : Monday, October 26, 2020 - 1:49:59 PM
Last modification on : Tuesday, October 27, 2020 - 3:29:38 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02978383, version 1

Collections

Citation

Guy Vottéro. Le système numéral béotien. Verbum (Presses Universitaires de Nancy), Université de Nancy II, 1994, pp.263-336. ⟨hal-02978383⟩

Share

Metrics

Record views

10