Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

L’alphabet ionien-attique en Béotie

Abstract : La date d'introduction de l'alphabet ionien-attique en Béotie est une question fort délicate, car, à l’inverse d'Athènes, on ne dispose pas pour cette région d'indications précises sur cet événement : les textes littéraires sont muets, et les documents épigraphiques pour la période présumée sont rares (on en dénombre actuellement quatre). On sait seulement que le changement d'alphabet a eu lieu entre la bataille de Délion en 424 et celle de Leuctres en 371, puisque les textes relatifs à ces deux faits, l'épitaphe des Thespiens IG 1888 pour le premier, l'épigramme des béotarques IG 2462 pour le second, utilisent des alphabets différents . Et pourtant la connaissance exacte de cette date permettrait a priori de mettre un peu d'ordre dans une chronologie béotienne bien imprécise aux 5e et 4e s. (inscriptions, monnaies, …). Plusieurs tentatives ont été faites en ce sens, la der¬nière en date étant celle de P. Roesch en 1966, dans un article de la R.Ph. écrit en collaboration avec J. Taillardat. Une date très précise a été proposée, 395-394, correspondant au traité d'alliance signé entre Thèbes et Athènes, et au début de la guerre de Corinthe. Elle a été assez largement admise. Cependant une autre date peut être envisagée, et surtout l'exemple d'Athènes montre que la réalité est souvent complexe, et qu'elle a sans doute été encore plus complexe en Béotie, étant donné la situation politique particulière de cette région. 0. Le cas d'Athènes est bien connu grâce aux nombreux documents disponibles (cf. Threatte 26-51), et, comme il est notre seule référence pour l'Antiquité, il est en quelque sorte un "modèle". On peut toutefois s'interroger sur la valeur réelle de ce modèle pour comprendre ce qui s'est produit dans les autres régions du monde grec, car il est évident que l'"attico-centrisme" est un point de vue qui ne correspond pas à la réalité des 5e- 4e s. 0.1. Dans le cas de la Béotie, qui est l'objet de cette étude, la réponse est claire, à défaut d'être simple : a) l'exemple athénien est parfaitement utilisable, si l'on s'en tient au cadre général de l'évolution ; en effet l'alphabet ionien est arrivé en Béotie par l'intermédiaire d'Athènes, de manière tout à fait pacifique , à une époque où les idées politiques athéniennes trouvaient un écho de plus en plus large dans la région, au point de donner naissance à un régime démocratique similaire à ce¬lui d'Athènes (si l'on en croit Polybe VI 44 ) ; b) mais, dès que l'on entre dans les détails, il est évident que le modèle athénien n'est pas exportable tel quel en Béotie, en raison des différences existant entre ces deux régions et notamment d'un particularisme béotien bien marqué . 0.2. L'exemple athénien permet par ailleurs de constater qu'un changement d'alphabet n'est pas un fait banal : a) c'est d'abord évidemment un fait de graphie qui s'appuie sur une réflexion d'ordre linguistique : l'alphabet épichorique attique ne permettait pas de distinguer les trois voyelles de timbre e et o, puisqu'il ne disposait que d'une seule lettre pour chaque série, E et O ; en introduisant H et Ω, et en spécialisant EI dans la notation de tout e: (alors que ce trait ne s'imposera en Ionie qu'autour de 350), les Athéniens de la seconde moitié du 5e s. ont pu créer un système d'opposition graphique E/H/EI, pour /e/~/E:/~/e:/, et O/Ω/OY, pour /o/~/O:/~/o:/, bien adapté à la phonologie de leur dialecte ; b) c'est également un fait de société au sens large, qui suppose un contexte politique et économique particulier : au 5e s., à l'instigation notamment de Périclès et de son entourage, l'in¬fluence ionienne à Athènes est devenue considérable ; et en même temps qu'Athènes s'ouvre aux idées ioniennes, elle se tourne délibérément vers la mer et le commerce maritime, parfois même au détriment de son économie traditionnelle (cf. la stratégie adoptée par Périclès au début de la Guerre du Péloponnèse, Will, 318), et se crée un empire dont les populations sont essentiellement ioniennes ; c ) c'est enfin un phénomène complexe : un peu avant le milieu du 5e s. on rencontre l'alphabet ionien dans certaines inscriptions publiques et privées, puis leur nombre va croissant jus¬qu'à la date de 403, qui marque l'abandon officiel de l'alphabet vieil-attique dans les textes civiques ; ultérieurement on ne rencontre plus que quelques textes dont les graphies relèvent de la tradition épichorique. Mais entre temps - pendant plus de cinquante ans ! - on observe toutes sortes de combinaisons graphiques dénotant le traditionalisme ou le modernisme des graveurs, leur maladresse, leurs hésitations, … ; des décrets contemporains peuvent être écrits dans des alphabets différents, … Finalement seules les comparaisons quantitatives sont éclairantes : plus on avance vers la fin du 5e s., plus les textes en alphabet épichorique sont rares. Le décret de 403 est donc venu simple¬ment entériner un état de fait ; on a même pu affirmer que l'alphabet vieil-attique était devenu obsolète dans la seconde moitié du 5e s. et qu'il n'avait dû de survivre jusqu'en 403 qu'au poids des traditions administratives. …/… (25 pages) Plan suivi 1. L'alphabet en Béotie entre 424 et 371 1.0. La situation béotienne 1.1. Les influences étrangères au 5es. 1.2. Les témoignages épigraphiques de 424 à 371 1.3. Les légendes monétaires 2. Discussion 2.1. La date d'adoption de l'alphabet ionien-attique en Béotie 2.2. Les raisons de ce changement 2.3. Les étapes de ce changement 3. Conclusion et remarque générale
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02995239
Contributor : Guy Vottéro <>
Submitted on : Monday, November 9, 2020 - 9:39:46 AM
Last modification on : Tuesday, November 10, 2020 - 3:28:16 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02995239, version 1

Collections

Citation

Guy Vottéro. L’alphabet ionien-attique en Béotie. P. Carlier. Le IVe siècle grec : histoire et historiographie, ADRA, p. 157-181, 1996. ⟨hal-02995239⟩

Share

Metrics

Record views

3