For a social psychology of the minority vocation - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Section Year : 1998

For a social psychology of the minority vocation

Pour une psychologie sociale de la vocation minoritaire

Pentru o psihologie socialà a vocatiei minoritari

(1, 2)
1
2

Abstract

The aim of this proposal is to describe the practices and social representations of anomic minorities through a comparative and structural approach. The term “anomic” here refers to a situation of relative inability to assume discursive, social, and cultural engagement as an active minority. Strongly dominated, excluded, and defined by reference to stigmatising and majority evaluations of their cultural and urban spaces. The thesis of the project: every anomic minority is structurally faced with fundamental choices which are expressed in the form of questions about its conversion, i.e. about the means and criteria for the transition (or not) to active minority status. This explains why we propose to compare minorities that seek social recognition in different ways: some seek professional or artistic activity, others seek civil rights, others seek access to social rights, still others seek access to work (long-term unemployed, economic migrants, the poor or the active homeless). It is the type of socialised stigma and behaviour (or vocation, in the Weberian sense, “der Beruf” in German), i.e. the cognitive and emotional elements chosen in the representation of self for public recognition action that will enable a minority to be classified as artistic, identity or socio-economic. Every minority is fundamentally an entity in representation
Cette proposition a pour objectif de décrire les pratiques et les représentations sociales de minorités anomiques par une approche comparative et structurale. Le qualificatif « anomique » désigne, ici, une situation d’incapacité relative à assumer un engagement discursif, social et culturel de minorité active. Fortement dominés, exclus et définis par référence aux évaluations stigmatisantes et majoritaires de leur espaces culturels et urbains. La thèse du projet : toute minorité anomique est structuralement en face de choix fondamentaux qui s'énoncent sous la forme de questions sur sa conversion, c'est à dire sur les moyens et les critères de passage (ou non) au statut de minorité active. Ceci explique pourquoi nous proposons de comparer des minorités qui cherchent à être reconnues socialement de différentes façons: l’activité professionnelle ou artistique pour les unes, la défense de droits civiques pour d'autres, l'accés à des droits sociaux, à un travail pour d'autres encore (chômeurs longue durée, immigrés économiques, pauvres ou sans-abri actifs). Toutes ces minorités sont obligées d'être actives pour s'en sortir.C’est le type de stigmate et de conduite socialisés (ou la vocation, au sens Wéberien, « der Beruf » en allemand), c'est à dire les éléments cognitifs et émotionnels choisis dans la représentation de soi pour une action de reconnaissance publique qui permettront de classer une minorité comme artistique, identitaire ou socio-économique. Toute minorité est fondamentalement une entité en représentation.
Fichier principal
Vignette du fichier
Ch Iasi 1997 Pour une psychologie sociale de la vocation minoritaire par Jean.pdf (124.41 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03014807 , version 1 (28-11-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

  • HAL Id : hal-03014807 , version 1

Cite

Jean-Marie Seca. Pour une psychologie sociale de la vocation minoritaire. Adrian Neculau et Gilles Ferréol (éd.). Psihosociologia schimbârii, Iasi, Polirom, pp.68-76, 1998. ⟨hal-03014807⟩
30 View
116 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More