La figure de l’écrivain dans les <i>Savoy Operas</i> de Gilbert et Sullivan - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Comparatismes en Sorbonne Year : 2021

La figure de l’écrivain dans les Savoy Operas de Gilbert et Sullivan

Abstract

Usually studied for their humour and sense of absurdity, the Savoy Operas by G&S are also highly self-referential works containing an invitation to ponder on their own textuality and possibly, in a wider perspective, on their special position in the erratic progress of nineteenth-century English opera. The works abound in representations of the artist – whether it be the poet, the bard or the musician –, all of which have as a common denominator the frustration of remaining incomplete and powerless figures unable to achieve their full creative potential. One might be tempted here to see an allegorical representation of Gilbert and Sullivan themselves, suffering from the humiliation of being confined to the role of mere entertainers unable to write « real » music and « real » poetry. The ambivalence of such figures, forced to please the public at the expense of their own artistic aspirations, is consistently suggested by musical metaphors or the use of quotations from the great composers of the past. Those problematic issues best come to the fore in Patience, a work that openly satirizes the aesthetic movement once propounded and promoted by Oscar Wilde and Algernon Swinburne, shown in the opera under the features of Reginald Bunthorne and Archibald Grosvenor. Behind the apparent satire on the hegemony of Italian art one can detect a meta-operatic reflection on the place of the Savoy Operas English music in the contemporary operatic world.
Étudiés pour leur humour et leur sens de l’absurde, les Savoy Operas de Gilbert et Sullivan se présentent également comme des œuvres éminemment réflexives qui nous invitent à réfléchir sur leur propre textualité et peut-être, dans une perspective plus large, sur leur position particulière dans le parcours erratique de l’opéra anglais du dix-neuvième siècle. Les ouvrages accumulent en effet les représentations de la figure de l’artiste, qu’il s’agisse du poète, du chanteur ou du musicien, de telles figures ayant comme dénominateur commun la frustration de ne pas assumer pleinement leur nature d’artiste et de rester un être incomplet et impuissant. Peut-être pouvons-nous y voir la frustration des deux créateurs eux-mêmes, souffrant l’un comme l’autre d’être cantonnés dans un rôle d’amuseur et de ne pas réaliser le rêve auquel ils aspiraient, celui d’écrire de la « vraie » musique et de la « vraie » poésie. L’ambivalence des figures d’artistes tiraillés entre la contrainte de courtiser leur public et la satisfaction personnelle de se consacrer à leur art est plus d’une fois suggérée par des métaphores musicales ou par l’imitation, parodique ou non, des grands compositeurs du passé. La problématique semble être particulièrement mise en valeur dans Patience, ouvrage qui satirise ouvertement le courant dit esthétique dont Oscar Wilde et Algernon Swinburne, représentés sous les traits des poètes Reginald Bunthorne et Archibald Grosvenor, étaient les défenseurs. Derrière l’apparente satire de l’hégémonie de l’art italien se cache une réflexion méta-opératique sur la place des Savoy Operas dans l’univers lyrique contemporain.
No file

Dates and versions

hal-04052534 , version 1 (30-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04052534 , version 1

Cite

Pierre Degott. La figure de l’écrivain dans les Savoy Operas de Gilbert et Sullivan. Comparatismes en Sorbonne, 2021, 12. ⟨hal-04052534⟩
9 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More