Les incertitudes des sciences légitimées et légitimantes - Université de Lorraine Access content directly
Conference Papers Year : 2023

Les incertitudes des sciences légitimées et légitimantes

Abstract

Si l’épisode pandémique de la Covid 19 a activé les démarches de fact-checking des médias investis de la mission de distinguer le vrai du faux scientifique, il a surtout mis sur le devant de la scène sociale et médiatique la question de l’incertitude des sciences. Cette communication voudrait questionner la place et l’expression de cette « zone grise » du savoir qu’est l’incertitude dans la communication scientifique grand public, en particulier dans des émissions radiophoniques produites par le service public. Le statut épistémologique de l'incertitude a été sujet à variation, de l’émergence de la science classique (XVIè siècle) à aujourd’hui : le passage d’un principe déterministe à un principe d’incertitude illustre ce que Prigogine et Stengers ont nommé la « fin des certitudes » scientifiques (1996). Les incertitudes inhérentes à la recherche ont également été différemment présentées aux publics non spécialistes : après s’être conformée à l’idée positiviste d’une certitude de progrès scientifique jusque dans les années 1970 (De Closets, 2014), la médiatisation des sciences expose aujourd’hui davantage les controverses, les incertitudes scientifiques et sociotechniques. Se dessine alors une tension : sans réduire l’espace public aux médias, et sans exagérer leur omnipotence, ils concourent néanmoins à la structuration, à la mise en visibilité et à une certaine légitimation des acteurs sociaux (Pailliard, 2019). Or, la place croissante accordée à l’incertitude dans la communication scientifique, la reconnaissance par les chercheurs eux-mêmes du caractère incomplet, imprécis ou provisoire de leur travail semblent de nature à questionner la légitimité de la science, ou, à tout du moins, le modèle classique de la vulgarisation assimilant le scientifique à celui qui sait (Raichvarg et Jacques, 2003). Envisagés comme des espaces de co-production du savoir par des scientifiques invités et des journalistes (assumant un double statut de vérificateurs et de médiateurs), les discours médiatiques concurrent donc à la construction de la légitimité sociale des sciences, cette dernière ne coïncidant par nécessairement avec la légitimité professionnelle des chercheurs. Cette communication s’inscrit dans un travail de recherche déjà entamé sur les formes d’expression de l’incertitude dans la communication scientifique à travers les médias radiophoniques français de service public. Le service public occupe une place particulière dans le processus de légitimation des discours et acteurs en raison de son caractère officiel et sa mission de service public détaché des intérêts catégoriels. Il s’agit ici d’exploiter le matériau d’entretiens recueillis auprès des animateurs-producteurs des programmes La méthode scientifique et Science en questions (France Culture), augmenté de l’analyse de leur discours, et de celui des chercheurs invités, afin d’interroger le statut accordé à l’incertitude dans la ligne éditoriale, la manière dont elle est appréhendée, négociée, lorsqu’elle survient dans l’échange. Le choix de ce terrain résulte des spécificités de l’écriture de ces programmes enregistrés dans les conditions du direct et conduits sur le mode de la discussion libre, laissant transparaître les hésitations, les silences et les réactions spontanées... Comment les émissions de communication scientifique de service public négocient- elles des injonctions apparemment contradictoires : celles des cultures scientifique (savoirs partiels, provisoires) et journalistique (savoirs stabilisés, aboutis ; Brasquet-Loubeyre, 1994) ? Cette analyse a pour le moment mis en exergue une pleine intégration de l'incertitude au sein de la ligne éditoriale des émissions, mais aussi sa prééminence dans le discours des chercheurs invités. Ces conclusions préliminaires nuancent donc l’incompatibilité présumée entre l’expression du doute scientifique (légitimité scientifique) et l’authentification certification médiatique (légitimité sociale), et dépassent la commune dichotomie scientisme-scepticisme.
No file

Dates and versions

hal-04075627 , version 1 (20-04-2023)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-04075627 , version 1

Cite

Pénélope Selhausen-Kosinski. Les incertitudes des sciences légitimées et légitimantes : le cas des émissions de diffusion des savoirs à la radio française de service public. Construction(s) et représentation(s) de la science aujourd’hui, CY Cergy Paris Université, Apr 2023, Paris, France. ⟨hal-04075627⟩
37 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More