La spécificité de la menace terroriste au Mali : quelles conséquences internationales ? - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Civitas Europa Year : 2013

La spécificité de la menace terroriste au Mali : quelles conséquences internationales ?

Abstract

Terrorism in Mali presents certain specific features which distinguish it from terrorism that has faced States with the 11th September attacks and the rise of “hyperterrorism”. These characteristics have triggered two main difficulties as regard to the international fight against terrorism. Launching the Serval raid in January 2013, France has come up with the difficulty of designating an enemy that is not, as was Al Qaeda in 2001, a homogenous one under the authority of one designated leader. The convenient as being inclusive formula “war on Terror” used by France in 2013 that enables to revert to a logical completely in line with “hyperterrorism” nonetheless hides the reality of a complex terrorism mixing doctrinaire terrorism and narco-terrrorism. The second main difficulty is related to the necessity of finding a territory that neither terrorists nor states can do away with. Even if terrorism is a deterritorialized violence, Malian terrorists are compelled to conquer a territory to install a terrorist State, a territorial base that Al Qaeda previously had in 2001; terrorism is also mandatory to allow the launching of a response in self defense to stop terrorist attacks that have the distinctive feature of being launched and striking inside the Malian boundaries.
Le terrorisme au Mali présente certaines spécificités qui permettent de le distinguer du terrorisme auquel les Etats se sont confrontés avec les attentats du 11 septembre 2001 et la consécration de l’« hyperterrorisme ». Ces spécificités engendrent au regard de la lutte internationale contre le terrorisme deux difficultés majeures. Lançant l’opération Serval en janvier 2013, la France s’est heurtée dans les premiers temps à la difficulté d’identifier un ennemi qui n’est pas, comme l’était Al-Qaïda en 2001, un ennemi homogène avec un seul chef désigné. La formule commode car englobante de « guerre au terrorisme » choisie par la France en 2013 qui permet de renouer avec une logique propre à l’« hyperterrorisme » camoufle cependant la réalité d’un terrorisme complexe mélangeant terrorisme doctrinaire et narco-terrorisme. La deuxième difficulté est liée à la nécessité de trouver un territoire dont ni les terroristes ni les Etats ne peuvent se passer. Même si le terrorisme reste une violence déterritorialisée, les terroristes maliens sont entrés dans une conquête pour le territoire afin d’installer un Etat terroriste, territoire qu’Al-Qaïda possédait en 2001 ; le territoire reste encore nécessaire pour les Etats afin de lancer une riposte en état de légitime défense pour contrer des attaques terroristes qui ont ici pour particularité d’être lancées et de frapper à l’intérieur de l’Etat malien.
No file

Dates and versions

hal-04281590 , version 1 (13-11-2023)

Licence

Identifiers

  • HAL Id : hal-04281590 , version 1

Cite

Mélanie Dubuy. La spécificité de la menace terroriste au Mali : quelles conséquences internationales ?. Civitas Europa, 2013, 21, pp.35-57. ⟨hal-04281590⟩
15 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More