Souffler n’est pas jouer mais ça peut aider. Accompagner des jeunes faiblement scolarisés dans leur pratique de jeux pour leur aider à développer de nouvelles compétences interactionnelles - Université de Lorraine Access content directly
Conference Papers Year : 2024

Souffler n’est pas jouer mais ça peut aider. Accompagner des jeunes faiblement scolarisés dans leur pratique de jeux pour leur aider à développer de nouvelles compétences interactionnelles

Abstract

A quoi ça sert de jouer ? Dans le cadre du projet Level Up, nous faisons l’hypothèse que la pratique du jeu vidéo par de jeunes adultes faiblement scolarisés est un vecteur de développement de compétences interactionnelles, sous réserve de mettre en place une médiation adaptée. Une pré-enquête réalisée début 2023 (Divoux & Langbach, 2023) nous a permis de montrer la dimension motivationnelle intrinsèque du jeu vidéo (Ryan & Deci, 2000) pour ce public en difficulté tant à l’écrit qu’à l’oral, ainsi que certaines limites du jeu en termes d’apprentissage. En effet, lors de cette première phase de recherche, il apparait que notre public, bien que motivé par le jeu, ne mobilise ni l’ensemble des compétences nécessaires pour exploiter le jeu dans son intégralité, ni des pratiques que l’on pourrait qualifier d’efficientes. Pour résumer, les joueurs procèdent généralement par mimétisme (imitation de tutoriels Youtube) et essai/erreur sans recul métacognitif sur les stratégies utilisées et n’adaptent que très peu leurs pratiques interactionnelles. Par ailleurs, les interactions lors du jeu s’établissent essentiellement à l’oral, sur la base de relation dites de connivence (Wenger, 1998 ; Adami, 2012) et ceci sans adaptation à l’interlocuteur ni au type de jeu. Partant de ces constats, nous avons souhaité investiguer, lors d’une deuxième phase, le potentiel formatif d’un jeu vidéo commercial collaboratif pour développer et approfondir les pratiques interactionnelles de ce public. Pour ce faire, nous avons choisi un jeu collaboratif visant à susciter l’interaction entre les joueurs : Them bombs . Ce jeu met l’accent sur la compétence communicative et encourage l’action collaborative d’experts et de débutants, orientée vers un but (Rama et al., 2012) : « gagner » ou « passer des niveaux » ou encore en ce qui nous concerne : « désamorcer une bombe ». Ainsi, nous faisons l’hypothèse qu’à partir de cette « mission » de nouvelles pratiques langagières peuvent émerger (Thorne et al., 2012). Dans le cadre de cette communication, nous souhaitons présenter les résultats de la deuxième phase du projet. En premier lieu, nous évoquerons les paramètres du jeu qui ont motivé notre choix. En second lieu, nous présenterons les affordances langagières (Gibson, 1986) du jeu qui pourraient être travaillées avec ce public dans une visée d’apprentissage et de développement des compétences interactionnelles. Enfin, nous présenterons brièvement le protocole d’expérimentation que nous souhaitons mettre en place dans la troisième phase de cette étude visant à observer des joueurs peu et très scolarisés en contexte.
No file

Dates and versions

hal-04577868 , version 1 (16-05-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04577868 , version 1

Cite

Anouchka Divoux, Valérie Langbach. Souffler n’est pas jouer mais ça peut aider. Accompagner des jeunes faiblement scolarisés dans leur pratique de jeux pour leur aider à développer de nouvelles compétences interactionnelles. Les jeux vidéo rendent-ils stupide ?, Mar 2024, Dijon, France. ⟨hal-04577868⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More