Skip to Main content Skip to Navigation
Theses

L'art contemporain martiniquais de 1939 à nos jours : la naissance d'une histoire de l'art dans un contexte postcolonial

Résumé : En 1943, René Hibran artiste français récemment émigré en Martinique affirme que dans l?île « il n?y a pas d?art local ou si peu, si réduit dans ses manifestations ! ». Déjà quatre ans plus tôt, le père Delawarde, faisait le même constat. Pourtant, en 2009, le monde de l?art s?est considérablement développé. Une esthétique spécifique s?est constituée loin de l?académisme occidental, l?expression plastique ne cesse de s?étoffer. Des lieux de diffusion se sont ouverts et proposent des expositions de qualité. Un discours scientifique se construit légitimant la production locale. La transmission est, en outre assurée grâce notamment à des écoles, dont l?Institut Régional d?Arts Visuels de la Martinique (IRAVM). Notre thèse s?attache à expliquer comment une telle évolution est possible compte tenu d?un contexte difficile subissant encore les affres du postcolonialisme. Nous postulons donc que le dispositif « histoire de l?art » s?est largement développé en soixante-dix ans. Influencé par le contexte postcolonial qui impose une résistance, par un monde littéraire qui initie la quête d?une expression identitaire singulière, l?art martiniquais est aussi tributaire de l?engagement de ses acteurs, et notamment d?artistes meneurs. Notre thèse s?appuie donc sur une vision sociale de l?art. Nous considérons notamment le monde de l?art comme un dispositif « histoire de l?art », c'est-à-dire un ensemble de quatre éléments corrélatifs : la production, la diffusion, la transmission et la légitimation. Une première période s?étalant de 1939 ? début de la Seconde Guerre mondiale ? à 1956 ? premier bilan de la départementalisation ? permet de poser les bases de ce dispositif. Durant le conflit mondial, la Martinique endure la politique raciste et répressif de l?Amiral Robert, le représentant de Vichy aux Antilles, ainsi qu?un blocus aggravant une situation économique déjà précaire. L?attachement à la métropole se complexifie. Entre fidélité et désillusion, un nouveau statut s?impose. En 1946, la Martinique devient un département français d?outre-mer. D?un point de vue culturel aussi la situation évolue. Déjà dans les années 1930, une série de publications d?étudiants noirs à Paris remet en cause l?assimilation coloniale : Légitime Défense, en 1932, L?étudiant Noir, en 1936 où Aimé Césaire parle pour la première fois de Négritude. La Martinique qui, jusque-là, n?avait regardé que vers la France hexagonale se tourne vers un nouveau centre : l?Afrique, et découvre une nouvelle facette de son identité. Les arts plastiques essuient ce bouleversement. Le conflit mondial fait de l?île, une terre de refuge, ou une escale, pour les intellectuels fuyant l?Europe nazie : André Breton, Claude Lévi-Strauss ou l?artiste cubain Wifredo Lam y font ainsi des séjours plus ou moins longs. D?autres artistes moins célèbres débarquent. Ils inaugurent des ateliers ouverts à tous et importent une vision de l?art inédite dans l?île. Avec eux, l?art n?est plus une activité oisive pour la jeune bourgeoisie, mais un lieu d?expression. Dès lors, des artistes locaux émergent, des artistes qui souhaitent exprimer l?identité nouvelle que les littéraires ont détectée. Ils sèment les bases de l?histoire de l?art de l?île. En effet, ils ne se contentent pas de créer, mais s?investissent dans toutes les instances du dispositif. En 1956, le député maire de Fort-de-France, Césaire, démissionne du Parti Communiste Français, déçu par les exactions du stalinisme et l?incapacité du PCF à combattre le postcolonialisme. Cette démission amorce une longue période de lutte contre le postcolonialisme. La Martinique est touchée par une crise sociale et économique, la départementalisation a déçu. En outre, certains pieds-noirs arrivés des pays du Maghreb nouvellement indépendants et certains CRS ne cachent pas leur mépris pour les populations noires. La situation est de plus en plus tendue et de violents conflits éclatent. Pour éviter que les conditions ne se détériorent ? le spectre de l?Algérie est bien présent ?, la France instaure une politique de répression et de migration. L?objectif est de faire taire toute résistance et de vider le pays de sa jeunesse, jeunesse qui est souvent à l?origine des émeutes. Mais cette répression ne fait qu?attiser la résistance qui s?organise d?abord dans le monde politique, puis dans des associations. Progressivement le fait national est reconnu. Si la Martinique est une nation, il lui faut une nouvelle identité. Les réflexions d?auteurs comme Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant et Jean Bernabé vont alimenter cette quête identitaire. L?évolution de la commémoration de l?abolition de l?esclavage de 1848 participe aussi à la formation d?un peuple martiniquais acteur de son histoire passée et à venir. Les artistes se nourrissent de ces multiples considérations. L?Ecole Négro-Caraïbe propose une esthétique caribéenne riche de l?importance de ses soubassements africains. Le groupe Fwomajé se concentre sur toutes les racines fondant l?arrière-pays culturel de l?île : l?Europe, l?Afrique, l?Amérique et l?Asie. Des artistes indépendants s?inscrivent aussi dans cette quête d?une identité et d?une esthétique l?exprimant. Parallèlement, le dispositif aussi se construit. Un discours universitaire s?élabore. Les institutions culturelles se multiplient et ce, d?autant plus que la culture devient un enjeu politique majeur.
Document type :
Theses
Complete list of metadatas

Cited literature [162 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/tel-01752630
Contributor : Thèses Ul <>
Submitted on : Thursday, March 29, 2018 - 1:52:59 PM
Last modification on : Tuesday, April 10, 2018 - 1:27:59 AM

File

Louis.Marie.LMZ0926_1.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01752630, version 1

Citation

Marie Louis. L'art contemporain martiniquais de 1939 à nos jours : la naissance d'une histoire de l'art dans un contexte postcolonial. Art et histoire de l'art. Université Paul Verlaine - Metz, 2009. Français. ⟨NNT : 2009METZ030L⟩. ⟨tel-01752630⟩

Share

Metrics

Record views

119

Files downloads

2326