Société-monde et production identitaire en contexte post-colonial : à propos de l'implication en littérature pour la jeunesse de Maryse Condé, Louise Erdrich et Véronique Tadjo - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2022

World-society and identity production in a post-colonial context : the involvement of Maryse Condé, Louise Erdrich and Véronique Tadjo in children's literature

Société-monde et production identitaire en contexte post-colonial : à propos de l'implication en littérature pour la jeunesse de Maryse Condé, Louise Erdrich et Véronique Tadjo

Abstract

This thesis deals with the production of identities in a post-colonial context. It starts from the observation that the various aspects of the world-society (the circulation of people, capital and cultures) have contributed to the formation of a multicultural child public, influenced by a world-culture, which is itself dominated by the cultures of the major economic powers. Faced with this “colonisation of the imaginary” (Joseph Tonda, 2015), interpreted by some researchers as an Americanisation of the world (Jean-Marie Guehénno, 1999), we are witnessing a “counter-attack” by minorities (cultures that are not very visible in the wake of world culture) : African, Caribbean and Amerindian writers, etc., intend to write geo-cultural books that will be of interest to the public, The aim would be to transmit to them a cultural, linguistic and historical heritage likely to provide them with an identity balance in the maelstrom of cultural globalisation. Thus, in a post-colonial context, “great” writers contribute to enriching the library of the youngest, to whom they provide stories “anchored” in local cultures; they thus make literature for young people a tool for the transmission of cultural identities. However, an analysis of a sample of this literary production (consisting of the works of Maryse Condé, Louise Erdrich and Véronique Tadjo) reveals, in addition to the existence of what might be called a post-colonial children's literature, a paradox linked to the authors' own commitment: the works that announce themselves as geo-localised productions oscillate between the nation and globalisation, the local and the global, the particular and the universal. This phenomenon, which can be explained by the cross-breeding and background of the writers, leads to what could be called a “double impossibility of passage” at the same time as it suggests a “cultural imposture” (Hélé Béji) whose function could be to favour the entry of authors into the international market of recognition. Indeed, the debate on identities illuminated by the theses of Hélé Béji, Laurent Dubreuil, Léonora Miano, among others, without denying the positive role that postcolonial children's literature can play in the construction of new citizenships (those of readers-worlds open to the universal), is nonetheless likely to shed new light on the configurations and effects of these writings.The present study should therefore make it possible to discern the aesthetic and sociological approaches as well as the political stakes of this literary production. The first concerns the textual organisation and its formal characteristics, and the epistemological dimension of a post-colonial children's literature (Clare Bradford, 2007). The second part of the paper examines the publishing strategies of women writers (circulation between publishing sectors, places of publication, translations, etc.) as well as the modalities and the possible meaning of an opening of the child to the universal. Finally, the last two sections examine the issues of identity in relation to the entrance of authors and the current debate on identity politics.
Cette thèse porte sur la production des identités en contexte post-colonial. Elle part du constat selon lequel les divers aspects de la société-monde (la circulation des personnes, des capitaux et des cultures) ont participé à la formation d'un public enfant pluriculturel, influencé par une culture-monde, elle-même dominée par les cultures des grandes puissances économiques. Face à cette « colonisation des imaginaires » (Joseph Tonda, 2015), interprétée par certains chercheurs comme une américanisation du monde (Jean-Marie Guehénno, 1999), on assiste à une « contre-attaque » des minorités (cultures peu visibles dans le sillage de la culture-monde) : les écrivains africains, antillais, amérindiens, etc., entendent écrire des livres géoculturalisés à l'intention des enfants et des jeunes : le but serait de leur transmettre un héritage culturel, linguistique et historique susceptible de leur apporter un équilibre identitaire dans le maelström de la globalisation culturelle. Ainsi, dans un contexte post-colonial, de « grands » écrivains contribuent à enrichir la bibliothèque des plus petits, à qui ils fournissent des récits « ancrés » dans des cultures du terroir ; ils font ainsi, de la littérature pour la jeunesse, un outil de transmission des identités culturelles. Or, l'analyse d'un échantillon de cette production littéraire (constituée des œuvres de Maryse Condé, Louise Erdrich et de Véronique Tadjo) révèle, outre l'existence de ce qu'on pourrait appeler une littérature de jeunesse post-coloniale, un paradoxe lié à l'engagement même des auteurs : les œuvres qui s'annoncent comme des productions géolocalisées oscillent, en réalité, entre nation et mondialisation, local et global, particulier et universel. Ce phénomène, qui s'explique par le métissage et le parcours des écrivains, débouche sur ce qu'on pourrait appeler une « double impossibilité de passage » en même temps qu'elle fait penser à une « imposture culturelle » (Hélé Béji) dont la fonction pourrait être de favoriser l'entrance des auteurs dans le marché international de la reconnaissance. En effet, le débat sur les identités éclairé par les thèses d'Hélé Béji, Laurent Dubreuil, Léonora Miano, entre autres, sans dénier le rôle positif que la littérature de jeunesse postcoloniale peut jouer dans la construction de nouvelles citoyennetés (celles de lecteurs-mondes ouverts sur l'universel), est néanmoins susceptible d'éclairer autrement les configurations et les effets de ces écritures.La présente étude doit donc permettre de discerner les démarches esthétiques et sociologiques ainsi que les enjeux politiques de cette production littéraire. Les premières concernent, d'une part, l'organisation textuelle et ses caractéristiques formelles et, d'autre part, la dimension épistémologique d'une littérature de jeunesse post-coloniale (Clare Bradford, 2007). Les deuxièmes, quant à elles, concernent les stratégies éditoriales des écrivaines (circulation entre les secteurs éditoriaux, lieux de publication, traductions, etc.) ainsi que les modalités et le sens possible d'une ouverture de l'enfant à l'universel. Les dernières, enfin, se penchent sur les enjeux de la question identitaire par rapport à l'entrance des auteurs et au débat actuel sur la politique d'identité.
No file

Dates and versions

tel-03815317 , version 1 (14-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03815317 , version 1

Intranet access

Cite

Merveilles Léoncia Mouloungui. Société-monde et production identitaire en contexte post-colonial : à propos de l'implication en littérature pour la jeunesse de Maryse Condé, Louise Erdrich et Véronique Tadjo. Littératures. Université de Lorraine, 2022. Français. ⟨NNT : 2022LORR0089⟩. ⟨tel-03815317⟩
25 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More