Le viol comme arme de guerre en Côte d'Ivoire (1999-2010) : champs de causalité entre brisures, savoirs contaminés et vérités en ruines. Le plain-chant des narrations ethnophotographiques et du hors texte de 13 survivantes du peuple guéré à DUEKOUÉ en contre-configuration - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2022

Rape as a weapon of war in Côte d'Ivoire (1999-2010) : fields of causality between brokenness, contaminated knowledge and truth in ruins. The plain-chant of ethnophotographic narrations and out of text of 13 survivors of the Guéré people in DUEKOUÉ

Le viol comme arme de guerre en Côte d'Ivoire (1999-2010) : champs de causalité entre brisures, savoirs contaminés et vérités en ruines. Le plain-chant des narrations ethnophotographiques et du hors texte de 13 survivantes du peuple guéré à DUEKOUÉ en contre-configuration

Abstract

The accounts of thirteen survivors of rapes suffered in Duékoué, a crossroads city located in the west of Côte d'Ivoire, during the failed coup d'état of September 19, 2002 until the postelectoral crisis of 2010, constitute the narrative matrix of this thesis. These 13 women are survivors, with the astonishment, the anguish, the despair of the survivors. Where can we still find meaning when we have lived what they have lived and are still living ten years later? Indeed, the survivors continue to live in a permanent hell, victims of slow forms of invisible violence, a subtle form of social assassination through the brutal exclusion from family and community, through the predominantly patriarchal and of a disrespectful reparation; collateral consequences little or not documented or even denied. This thesis tries to propose answers to three essential questions. How to advance a research that is formally more complex than others, with a reflection on the tensions of Ivorian history, the stories of the survivors, the story of the researcher-baoulé-survivor and aesthetic proposals for writing it? How to write scientifically about vulnerability, distress and suffering and stay at a distance? How to restore the song of the actor-witnesses in the original expression, of these "tiny lives", with the choppy, stammering speech, and make it dialogue with the vigorous and assertive speech of a researcher who actually discovers during a particular day that he is in search of his own word, that of a survivor, buried in a padlocked gangue. It was necessary to be able to render the adhesion of the baoulé researcher to his own word and in his faith in the capacities of language to reach the untouchable and the invisible, a lost world, the past itself. It was necessary to try to multiply the narrative detours and the formal tracks, and to take the risk of rejecting certain narrative university codes in order to make palpable, by transforming a material that is difficult to handle and highly flammable, this violence experienced by the survivors of whom Michel Foucault says: "that what is most dangerous in violence is its rationality”. It is also for this reason, to make the distant waves of this suffering expressed more particularly felt and the certainty that we often overlook, that the choice of photoethnographic narrations was imposed. To confront each of the readers with their own relationship to the image and, in a more subtle way, to the stories of the survivors. Which then leads us to reflect on the enigma of appearances. “Read what has never been written”. To see violence in its truth, only an anthropology of attention that would resonate with what Edouard Glissant calls "the deep", thus designating "what there is really, concretely, below the appearance », making it possible to resuscitate the dignity of life of the survivors and to legitimize the writing of a committed researcher.
Les récits de treize survivantes de viols subis à Duékoué, ville carrefour située à l’ouest de la Côte d’Ivoire, lors du coup d'État manqué du 19 Septembre 2002 jusqu’à la crise postélectorale de 2010, constituent la matrice narrative de cette thèse. Ces 13 femmes sont des survivantes, avec la sidération, l’angoisse, le désespoir des survivantes. Où trouver encore du sens quand on a vécu ce qu’elles ont vécu et vivent encore dix ans après ? En effet, les survivantes continuent de vivre un enfer permanent, victimes de formes lentes de violence invisibles, une forme subtile d’assassinat social par la mise à l’écart brutale de la famille et de la communauté, par la forme à dominante patriarcale et occidentale d’une réparation irrespectueuse ; des conséquences collatérales peu ou pas documentées voire déniées. Cette thèse tente de proposer des réponses à trois questions essentielles. Comment faire avancer une recherche formellement plus complexe que d’autres, avec une réflexion sur les tensions de l‘histoire ivoirienne, les récits des survivantes, le récit du chercheur-baoulé-survivant et des propositions esthétiques pour l’écrire ? Comment écrire scientifiquement sur la vulnérabilité, la détresse et la souffrance et rester à distance ? Comment restituer le chant des acteurs-témoins dans l’expression d’origine, de ces « vies minuscules », avec la parole hachée, balbutiante, et le faire dialoguer avec la parole, vigoureuse et affirmée, d’un chercheur qui découvre en fait lors d’une journée particulière qu’il est en quête de sa propre parole, celle d’un survivant, enfouie dans une gangue cadenassée. Il fallait pouvoir rendre l’adhésion du chercheur baoulé à sa propre parole et dans sa foi en les capacités du langage à atteindre l’intouchable et l’invisible, un monde perdu, le passé lui-même. Il fallait tenter de multiplier les détours narratifs et les pistes formelles, et prendre le risque de rejeter certains codes universitaires narratifs pour rendre palpable, en transformant une matière difficilement maniable et hautement inflammable, cette violence vécue par les survivantes dont Michel Foucault dit : « que le plus dangereux dans la violence est sa rationalité ». C’est aussi pour cette raison, pour faire ressentir plus particulièrement les ondes lointaines de cette souffrance exprimée et la certitude que nous passons souvent à côté, que le choix des narrations photoethnographiques s’est imposé. Pour confronter chacun des lecteurs à sa propre relation à l’image et d’une manière plus subtile aux récits des survivantes. Ce qui amène ensuite à réfléchir sur l’énigme des apparences. « Lire ce qui n’a jamais été écrit ». Pour dire la violence dans sa vérité, seule une anthropologie de l’attention qui entrerait en résonance avec ce qu’Édouard Glissant nomme « les profonds », désignant ainsi « ce qu’il y a réellement, concrètement, en dessous de l’apparence », permet de ressusciter la dignité de vie des survivantes et rendre légitime l’écriture d’un chercheur engagé.
Fichier principal
Vignette du fichier
DDOC_T_2022_0276_YOBOUE.pdf (14.71 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03991084 , version 1 (15-02-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03991084 , version 1

Cite

Tchindji Houphouët Félix Yoboue. Le viol comme arme de guerre en Côte d'Ivoire (1999-2010) : champs de causalité entre brisures, savoirs contaminés et vérités en ruines. Le plain-chant des narrations ethnophotographiques et du hors texte de 13 survivantes du peuple guéré à DUEKOUÉ en contre-configuration. Sciences de l'information et de la communication. Université de Lorraine, 2022. Français. ⟨NNT : 2022LORR0276⟩. ⟨tel-03991084⟩
273 View
31 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More