Les relations entre capital-investisseurs publics et privés et leurs effets sur l’innovation des entreprises - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2022

Relations between public and private venture capitalists and their effects on business innovation

Les relations entre capital-investisseurs publics et privés et leurs effets sur l’innovation des entreprises

Abstract

This thesis focuses on the unexplored issues of the relationship between public and private venture capitalists in France. This research mobilizes agency and incentive theory as well as cognitive theories of governance, in particular the Resource Based View. These theoretical frameworks are considered from the perspective of complex network theory and public-private partnerships. Our empirical analysis is divided into three stages. After a qualitative study with an exploratory dimension, carried out with venture capitalists and actors of innovation networks, we carried out a first quantitative study covering the period from 2005 to 2019, based on 516 financings carried out in 283 French companies. Subsequently, we conducted a second quantitative study that counts 585 financings carried out in 322 companies over the same period. The first part of this study focuses on deals completed in the early stages of financing: Seed, Early and Expansion; the second, focuses on those completed in the Development stage. The objective here is twofold: first, to study the effects of syndication financing and also of public and private actors on the innovation of companies, measured here by R&D expenditures and patent filings (Input and Output). The other purpose of this research is to observe whether the issues of innovation financing in terms of financial performance are the same for private and public venture capital. To test all our hypotheses, we use a dynamic panel approach (OLS, fixed effects, MMG).The first part of our study allows us to propose a more precise definition of the relationship between public and private venture capitalists and to reveal the existence of a specific phenomenon linked to the presence and intervention of public actors, identified as a crowding-out effect. The second and third parts of this work highlight several other results. First of all, the choice of using variables dependent on R&D expenditure and patent registrations in our study is of interest. Indeed, these measures of innovation make it possible to distinguish between the financing methods specific to certain types of actors. Thus, this study shows that the financial resources granted by public or private investors as leader of a syndication can have an influence on the innovation strategy of firms. This doctoral work proposes a contribution by highlighting the role played by public and private actors in the governance of private equity-backed firms. Indeed, the overlap between results confirms the interest for a private equity firm to position itself as a leader within a syndication. This research also indicates that the investment strategy pursued in mixed syndication seems to be the most efficient. Finally, our results show that the use of mixed syndication financing led by a private equity investor tends to "optimize" both the effects on innovation and the financial performance of the firm. In the opposite case, we observe that the financing of public capital-investors has a negative and significant effect on patent filings and on the ROA variable. In the end, our conclusions are nuanced, highlighting investment logics between public and private venture capitalists that are neither perfectly similar nor completely opposed, but complementary under certain conditions.
Cette thèse porte sur les enjeux encore non explorés des relations entre capital-investisseurs publics et privés en France. Cette recherche mobilise la théorie de l’agence et des incitations ainsi que les théories cognitives de la gouvernance, en particulier l’approchée fondée (Resource Based View). Ces cadres théoriques sont considérés dans la perspective de la théorie des réseaux complexes et des partenariats public-privé. Notre analyse empirique se décompose en trois temps. Après, une étude qualitative à dimension exploratoire, menée auprès de capital-investisseurs et d’acteurs de réseaux d’innovation, nous avons réalisé une première étude quantitative qui couvre la période de 2005 à 2019, basée sur 516 financements effectués dans 283 entreprises françaises. Par la suite, nous avons réalisé, une seconde étude quantitative qui compte 585 financements réalisés dans 322 entreprises sur la même période. Le premier volet de cette étude s’intéresse aux deals accomplis dans les premiers stades de financements : Seed, Early et Expansion; le second, porte sur ceux réalisés au stade Development. L’objectif ici, est double, il s’agit dans un premier temps, d’étudier les effets des financements par syndication et également des acteurs publics et privés sur l’innovation des entreprises, mesurée ici, par les dépenses de R&D et les dépôts de brevets (Input et Output). L’autre finalité de cette recherche est d’observer si les enjeux du financement de l’innovation en termes de performance financière sont les mêmes pour le capital-risque privé et public. Pour tester toutes nos hypothèses, nous utilisons une approche par panels dynamiques (MCO, effets fixes, MMG).La première partie de notre étude, nous offre la possibilité de proposer une définition plus précise de la relation entre capital-investisseur publics et privés et de mettre à jour l’existence d’un phénomène spécifique lié à la présence et l’intervention d’acteurs publics identifié comme un effet d’éviction ou « crowding-out effect ». Les deuxième et troisième parties de ce travail mettent en évidence plusieurs autres résultats. Tout d’abord, le choix pour notre étude de recourir aux variables dépendantes des dépenses de R&D et des dépôts de brevets constituent un premier intérêt. En effet, ces mesures de l’innovation permettent de distinguer les modalités de financement spécifiques à certains types d’acteurs. Ainsi, cette étude montre que les ressources financières octroyées par des investisseurs publics ou privés en tant que chef de file d’une syndication peuvent exercer une influence sur la stratégie d’innovation des entreprises. Ce travail doctoral propose une contribution en soulignant le rôle joué par les acteurs publics et privés dans la gouvernance des entreprises financées par capital-investissement. En effet, les recoupements entre résultats confirment l’intérêt pour un capital-investisseur de se positionner en tant que chef de file au sein d’une syndication. Cette recherche indique également que la stratégie d’investissement poursuivie en syndication mixte semble être la plus efficiente. Enfin, nos résultats montrent que le recours au financement en syndication mixte dirigée par un capital-investisseur privé tend à « optimiser » à la fois, les effets sur l’innovation et la performance financière de l’entreprise. Dans le cas contraire, nous observons que les financements des capital-investisseurs publics ont un effet négatif et significatif sur les dépôts de brevets et sur la variable ROA. Nos conclusions sont au final nuancées, mettant en évidence des logiques d’investissement entre investisseurs publics et investisseurs privés ni parfaitement similaires, ni complètement opposées, mais complémentaires dans certaines conditions.
Fichier principal
Vignette du fichier
DDOC_T_2022_0173_LABBE.pdf (5.86 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-04012839 , version 1 (03-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04012839 , version 1

Cite

Jonathan Labbé. Les relations entre capital-investisseurs publics et privés et leurs effets sur l’innovation des entreprises. Gestion et management. Université de Lorraine, 2022. Français. ⟨NNT : 2022LORR0173⟩. ⟨tel-04012839⟩
36 View
593 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More