Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

La ville après l'apocalypse. Entre formalisation projective et réalisation locale

Résumé : Le genre post-apocalyptique a connu un certain succès depuis la seconde moitié du XXe siècle en se posant comme un regard critique des auteurs sur des modèles socio-économiques et sur le contexte historique dans lequel ils publient. Mettant en scène des décors urbains dévastés, ces œuvres permettent, à travers une projection dans le futur, d’interroger le présent. Les ruines qu’elles dépeignent symbolisent à la fois un effondrement du monde et l’ouverture d’un espace de conquête. Les jeux vidéo qui s’inscrivent dans ce sous-genre de la science-fiction permettent alors aux utilisateurs de s’engager dans de nouveaux modes d’appropriation de l’espace. Lorsqu’ils mettent en scène la ville, voire une ville en particulier, ces jeux alors offrent des nouveaux modes d’engagement dans l’espace urbain sous la forme de l’appropriation ludique.
Complete list of metadatas

Cited literature [34 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01716917
Contributor : Laurent Di Filippo <>
Submitted on : Sunday, February 25, 2018 - 12:31:59 PM
Last modification on : Friday, April 24, 2020 - 7:05:17 PM
Long-term archiving on: : Monday, May 28, 2018 - 5:45:32 PM

File

rss56-difilippo&schmoll.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : hal-01716917, version 1

Citation

Laurent Di Filippo, Patrick Schmoll. La ville après l'apocalypse. Entre formalisation projective et réalisation locale. Revue des Sciences sociales, Presses Universitaires de Strasbourg, 2016, pp.126-133. ⟨hal-01716917⟩

Share

Metrics

Record views

262

Files downloads

256