Parfois on meurt, parfois on vit, toujours en se battant.

Résumé : Minit est un jeu dans lequel on incarne une personne qui se réveillant un matin, trouve une épée lors d’une promenade sur la plage. En la ramassant, tel Link dans l’opus sorti sur Gameboy, voit sa longévité se réduire à soixante petites secondes durant lesquelles notre avatar devra parcourir un monde afin de remédier à sa situation. Les références à Zelda sont nombreuses dans ce jeu de rythme, proche dans l’esprit et l’intensité d’un WarioWare ou d’un Half Minute Heroes. A chaque minute nous mourrons et revenons à notre point de départ, sans pour autant perdre nos objets et nos avancées. Il y a une emphase mise sur le temps qui passe. Celui-ci est conscientisé car toujours présent à l’esprit de celui ou celle qui joue. On s’émerveille aussi du nombre de choses que nous pouvons faire en si peu de temps. La tension monte régulièrement à l’approche des dernières secondes. C’est un sentiment finalement très galvanisant. La mort n’est pas un échec mais plus un élément, un outil permettant l’imagination du joueur : « je suis mort, mais peut-être que si je fais ça de cette façon je pourrais… ».
Document type :
Other publications (1)
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01759356
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Thursday, April 5, 2018 - 1:57:41 PM
Last modification on : Saturday, April 7, 2018 - 1:23:45 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01759356, version 1

Collections

Citation

Esteban Giner. Parfois on meurt, parfois on vit, toujours en se battant.. 2018, https://www.chroniquesvideoludiques.com/parfois-on-meurt-parfois-on-vit-toujours-en-se-battant/. ⟨hal-01759356⟩

Share

Metrics

Record views

19