Perception compromise, perspicacité perdue : nécessité de la fiction dans The Insult, de Rupert Thomson - Université de Lorraine Access content directly
Book Section Year : 2014

Perception loss or, the ruin of perceptiveness: Rupert Thomson's The Insult and the need for fiction

Perception compromise, perspicacité perdue : nécessité de la fiction dans The Insult, de Rupert Thomson

Abstract

Martin Blom, a man who became blind after being shot in the head, is the narrator and paradoxical focalizer of Rupert Thomson's 1996 novel The Insult. As the victim of a crime he becomes the main person of interest in a police inquiry; later in the novel his lover goes missing and he sets off to find her, thus promoting himself to the rank of detective. The narrative hinges on a disability that challenges Martin's status as a would be inspector, or as a focalizer: in that sense, it works to subvert the metaphorical journey traditionally associated with detective stories. In a classic detective novel the reader progresses from relative blindness to the enlightened viewpoint that finally emerges with the detective's deductions. In the present case, however, the truth which the narrative brings to light has to do with Martin himself: despite a neurological condition that first made him believe that he had recovered, he eventually acknowledges that he is permanently blind. Far from bringing us from darkness to clarity, the character's journey towards lucidity leads us back to irretrievable blindness. The novel presents us with a man who cannot see that he cannot see, thus offering a sceptical reading of a topos in crime fiction: the anxiety raised by our dependence on perception and the imperfect information delivered by our senses. In The Insult, illusion cannot be compensated by reason or understanding: indeed, the protagonist's brain itself is responsible for his hallucinations. Sight is stripped of its epistemological value, and presents itself as a field for power-play. In an approach similar to that of 1984, the narrative inscribes vision in a paranoid system where the seeing subject's entire perceptive life is in the control of an authoritarian agency–the neurologist follows in the steps of Big Brother in ensuring that Martin will feel and do exactly as he is supposed to. Yet destroying perception to preserve his own integrity would not solve Martin's plight: turning his back on the world of sensation would be tantamount to choosing death. The protagonist's main task is to invent a new status for those perceptions that are not true but have come to shape his new life. By revising perception into fiction, by converting what used to be a blind confidence in the senses into a willing suspension of his disbelief, Martin has completed his journey: he has found his way back to the world and to others.
Dans son roman The Insult (1996), Rupert Thomson choisit pour narrateur et focalisateur paradoxal un homme rendu aveugle à la suite d'une blessure par balle. Victime d'une agression, Martin Blom est placé dès les premières pages au cœur d'une enquête policière ; parti par la suite à la recherche d'un personnage disparu, il se fait détective. En centrant l'intrigue sur un handicap qui paraît remettre en question son statut d'enquêteur et de focalisateur, The Insult convoque, pour mieux le subvertir, le trajet métaphorique propre à la narration policière. Si le roman d'enquête traditionnel nous a habitué à progresser d'un aveuglement initial à la lucidité qu'apporte la solution du détective, dans le cas de Martin la vérité à déceler concerne moins l'intrigue que le protagoniste lui-même, ce dernier devant se résoudre à reconnaître sa cécité alors même qu'un trouble neurologique lui donne l'illusion d'avoir recouvré la vue. Loin de nous délivrer de la cécité, l'issue du roman du roman policier nous y replonge : enfin lucides, nous sommes, comme le focalisateur, rendus à l'obscurité. En mettant en scène un protagoniste qui ne voit pas qu'il ne voit pas, le roman revisite avec scepticisme un motif topique du genre policier, à savoir l'inquiétude liée à la preuve sensible, à la confiance que l'on peut accorder aux sens dans la résolution d'un mystère. Dans le cadre d'une naration ou l'illusion ne peut être corrigée par l'entendement, puisque c'est son cerveau lui-même qui berne le focalisateur, le voir perd sa valeur épistémologique. Au croisement de l'histoire des technologies et du développement de la médecine, le voir émerge comme un enjeu politique majeur : notre roman, comme 1984 autrefois, inscrit la représentation visuelle dans une pensée paranoïaque, où le sujet voyant serait absolument soumis au personnage du neurologue, instance autoritaire qui contrôlerait ses sensations pour mieux s'assurer sa docilité. Pour autant, il ne peut s'agir pour Martin de détruire la perception : s'isoler pour ne plus sentir, ce serait renoncer à vivre. En dernière instance, l'apprentissage du protagoniste consiste à négocier un statut nouveau pour ces perceptions qui, bien qu'hallucinatoires, font désormais partie intégrante de son existence. C'est dans un mouvement qui repense la perception comme fiction, et convertit une confiance autrefois aveugle dans la preuve sensible en suspension volontaire de l'incrédulité, que Martin, sous le regard du lecteur, achève le trajet initiatique qui le ramène au monde et aux autres.

Domains

Literature
Fichier principal
Vignette du fichier
leblond ppp version auteur HAL.pdf (720.05 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-02947253 , version 1 (23-09-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02947253 , version 1

Cite

Diane Leblond. Perception compromise, perspicacité perdue : nécessité de la fiction dans The Insult, de Rupert Thomson. Françoise Buisson, Christelle Lacassain-Lagoin, Florence Marie. Perception, Perspective, Perspicacité : Perception, Perspective and Perspicacity, L'harmattan, pp.225-240, 2014, 9782343042800. ⟨hal-02947253⟩
41 View
41 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More