Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Quand territoires et État s’emparent de la cause des femmes : étude de cas autour de deux missions égalité-diversité de l’Université de Lyon1 et de Lorraine

Abstract : Malgré l’affirmation du principe républicain d’égalité entre les sexes et la mise en place de politiques publiques, l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) demeure, en 2020, toujours concerné par de nombreuses inégalités entre les femmes et les hommes. Cette contribution questionne les mécanismes de l’action publique sous l’angle d’une part des politiques égalité développées au sein de l’ESR depuis une vingtaine d’années, via les missions ou autres vice-présidences en charge de ces questions, et d’autre part sous l’angle des relations contractuelles entre l’Etat et les territoires. Cette étude mobilise les travaux sur les politiques éducatives dont les analyses au prisme du genre, et plus précisément encore les analyses des politiques et dispositifs pédagogiques de promotion de l’égalité entre les sexes (Lemercier, 2015 ; Delzangles, 2017 ; Drivet, Ottogalli & Liotard, 2019 ; Zarca, 2017). Cette étude qualitative s’appuie sur des entretiens informatifs (avec des chargé.es de mission égalité d’autres universités que celles étudiées, ainsi que la présidente de la CPED), et des entretiens biographiques (avec les 3 chargé.es de mission égalité des universités étudiées). A partir de l’étude de cas de deux missions égalité de génération distincte (l’une créée en 2004, l’autre en 2013), nous illustrons les étapes et les modalités d’un processus d’institutionnalisation et de diffusion des problématiques de l’égalité dans l’ESR, en observant à la fois comment les territoires innovent et impulsent, mais encore quelles sont les différentes formes d’instruments mobilisés par l’Etat pour contraindre ces territoires. Ainsi, outre un retour sur la chronologie récente de ces politiques, nous caractérisons ces deux types de dynamiques. L’une où le territoire impulse, l’Etat valide et accompagne a posteriori. Ainsi sont créés des dispositifs d’égalité professionnelle via l’aménagement des obligations de service pour le déroulement des carrières des femmes dans l’ESR notamment. Des chartes égalité émergent des territoires : la première est rédigée et adoptée à Lyon 1 en 2007, se diffuse dans d’autres territoires. En 2013, l’Etat parachève cette diffusion en consacrant l’installation d’une mission « égalité entre les hommes et les femmes » dans les universités. L’autre dynamique est plus descendante : l’État impose ou stimule. Les politiques publiques nationales et « supranationales » cadrent, harmonisent, institutionnalisent, et les territoires s’adaptent dans un contexte de mise en concurrence grandissante. Les instruments sont divers : conventions interministérielles pour l’égalité ; appels à projet (pour la promotion de la mixité dans les filières par exemple) ; charte de la diversité et promotion de la diversité ; pilotage par les labels. Cette deuxième dynamique se manifeste plus nettement après 2012-2013, au moment où l’état agit alors soit directement à partir d’instruments législatifs et réglementaires, soit indirectement à partir de labels et autres appels à projet stimulant la concurrence et les logiques de marché. Éléments de bibliographie (max. 300 signes) BUI-XUAN Olivia, 2011, « Le congé de maternité des enseignantes-chercheures », Droit et société, Vol.1 (n° 77), pp. 109-136. DELZANGLES Béatrice, 2017, « Les « missions égalité entre les hommes et les femmes » dans les universités : quelles évolutions depuis la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche du 22 juillet 2013 ? », La Revue des droits de l’homme, vol.12. URL : http://journals.openedition.org/revdh/3258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revdh.3258 DRIVET Noémie, OTTOGALLI-MAZZACAVALLO Cécile & LIOTARD Philippe, 2019, « ModulEo : Module pédagogique d’Éducation à l’Orientation – Une innovation pour la déconstruction des stéréotypes en L1 STAPS ? », Revue GEF, Genre, Éducation, Formation, 3, pp. 83-98. MONS Nathalie, 2007, Les nouvelles politiques éducatives, Paris, Presses Universitaires de France, 2007, coll. « Éducation et Société ». SENAC Réjane, 2015, « La promotion de la diversité dans la fonction publique : de l’héritage républicain à une méritocratie néoliberale », Revue française d'administration publique, Vol.1 (N° 153), p. 165-182.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03449421
Contributor : Mary Schirrer Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, November 25, 2021 - 3:49:59 PM
Last modification on : Saturday, November 27, 2021 - 3:29:15 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03449421, version 1

Citation

Cécile Ottogalli, Mary Schirrer, Muriel Salle. Quand territoires et État s’emparent de la cause des femmes : étude de cas autour de deux missions égalité-diversité de l’Université de Lyon1 et de Lorraine. Politiques et territoires en éducation et en formation : enjeux, débats et perspectives, Colloque Inter-congrès AREF, Jun 2021, Nancy, France. ⟨hal-03449421⟩

Share

Metrics

Record views

21