Caractérisation moléculaire et enzymatique d’une HCT impliquée dans la biosynthèse de dérivés d’acide caféoyl-quinique chez Ipomoea batatas

Résumé : Spécialisée dans la production d’actifs végétaux, l’entreprise PAT développe une activité innovante de recherche qui consiste à produire ou à modifier par voie enzymatique, des molécules présentes naturellement dans les plantes. L’espèce Ipomoea batatas contient de nombreux dérivés d’acide caféoyl-quinique dont majoritairement du 3,5-dicaféoyl-quinique (3,5-DCQ), une molécule antioxydante très recherchée en cosmétique. Cependant, la voie de biosynthèse est assez méconnue pour pouvoir exploiter les gènes d’intérêt par des approches d’ingénierie métabolique en vue d’augmenter la production. Les travaux réalisés dans le cadre de cette thèse ont porté sur l’identification et la caractérisation fonctionnelle d’une hydroxycinnamoyl transférase (HCT) en vue d’augmenter la production de 3,5-DCQ soit en micro-organismes soit dans des plantes recombinantes. Pour réaliser ces travaux, une banque de données RNAseq a été générée permettant ainsi d'accéder à des séquences codantes. Ces séquences ont été analysées par alignement avec des séquences codant pour des hydroxycinnamoyl transférases (HCT, HQT) impliquées dans la synthèse d’un précurseur potentiel, l’acide chlorogénique. Un premier tri a été mené en utilisant des approches d’expression différentielle de gènes. La fonction des gènes a été étudiée par des approches d’expression hétérologue en système bactérien et de transgénèse végétale. La production des métabolites cibles a été analysée dans des plantes transgéniques et dans des cultures cellulaires. Sur ces plantes, nous avons réalisé des tests de résistance à des pathogènes fongiques. Nous avons identifié une HCT qui partage 85% d’identité avec une HCT de café impliquée dans la synthèse de 3,5-DCQ. Cette activité a pu être démontrée in vitro pour l’HCT d’ipomée. De plus, l’expression du gène codant pour l’HCT conduit à une surproduction de 3,5-DCQ dans les cultures cellulaires de tabacs exprimant les HCT. Cette molécule inhibe la croissance de Botrytis cinerea et de Phytophthora parasitica. Compte tenu des teneurs en 3,5-DCQ très faibles par rapport à la plante d’origine, ces résultats suggèrent l’implication d’autres gènes dans cette voie de biosynthèse. L’activité antifongique du 3,5-DCQ pourrait être exploitée pour des applications agrochimiques
Type de document :
Thèse
Sciences agricoles. Université de Lorraine, 2016. Français. 〈NNT : 2016LORR0224〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/tel-01597649
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : dimanche 1 octobre 2017 - 01:12:37
Dernière modification le : mardi 3 octobre 2017 - 01:29:05

Fichier

DDOC_T_2016_0224_DURIOT.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01597649, version 2

Collections

Citation

Léonor Duriot. Caractérisation moléculaire et enzymatique d’une HCT impliquée dans la biosynthèse de dérivés d’acide caféoyl-quinique chez Ipomoea batatas. Sciences agricoles. Université de Lorraine, 2016. Français. 〈NNT : 2016LORR0224〉. 〈tel-01597649v2〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

1054

Téléchargements de fichiers

242