Tracer sa voie/x : une ethnocritique du cycle indochinois de Marguerite Duras - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2021

An ethnocritical approach of Marguerite Duras's indochinese cycle

Tracer sa voie/x : une ethnocritique du cycle indochinois de Marguerite Duras

Abstract

This ethnocritic research aims at exploring the cultural poetry existing within Marguerite Duras’ Indochinese cycle. Our text corpus is composed of Un Barrage contre le Pacifique (1950), L’Eden Cinéma (1977), L’Amant (1984) and L’Amant de la Chine du Nord (1991), and follows the « autobiographical » narrative path of Duras’colonial childhood through the reminicence of constantly reworked themes and patterns. The purpose of our work is to question the expression of a pluralistic culture. Cultural practices, language polyphonies, cultural dialogics, intertextualities and interpenetrations between diverse cultures are fundamental issues to understand Duras’ writings. Furthermore, my thesis is based on a cultural hermeneutic approach, so as to grasp the symbolic systems of the texts and by that means shine a light on the ritual structure of the narration. According to our perspective, Duras’ characters and their trajectories are intimately connected to the notion of initiation. What’s more, this essay argues that initatory issuues impacts the narrator (as a fictional projection of the author) as well as her real and historical creative journey. Analyzincontinua and belligerences between literacy and orality (and thus corporeality) eventualy leads to a better understanding of the creative process.
Cette recherche ethnocritique vise à appréhender la poétique culturelle à l’œuvre dans le cycle indochinois de Marguerite Duras. Composé d’Un barrage contre le Pacifique (1950), L’Eden Cinéma (1977), L’Amant (1984) et L’Amant de la Chine du Nord (1991), le corpus reprend le fil narratif « autobiographique » de l’enfance coloniale par la réminiscence des mêmes thèmes et motifs constamment retravaillés. L’objectif de notre recherche est d’interroger l’expression d’une culture plurielle : les questions de pratiques culturelles, de polyphonie langagière, de dialogisme culturel, d’intertextualité et d’interpénétration des cultures dans l’œuvre de Marguerite Duras paraissent fondamentales pour saisir les enjeux de l’écriture durassienne. Par ailleurs, en s’appuyant sur une herméneutique culturelle du récit, notre thèse propose de pénétrer les systèmes symboliques des textes de manière à mettre en lumière la structure rituelle sous-jacente des récits durassiens. À notre sens, les personnages durassiens et leurs trajectoires sont indissociables de la notion d’initiation. Plus encore, nous posons pour hypothèse que les enjeux initiatiques concernent également la narratrice (projection fictionnelle de l’autrice) et la traversée créative de l’autrice réelle/historique. Analyser les continuums et les belligérances entre les traits caractéristiques de l’oralité (et donc de la corporalité) et ceux de la littératie nous amène par conséquent à porter un regard autre sur le processus de création.
Fichier principal
Vignette du fichier
DDOC_T_2021_0134_KOCEVAR.pdf (4.42 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03391116 , version 1 (21-10-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03391116 , version 1

Cite

Savannah Kocevar. Tracer sa voie/x : une ethnocritique du cycle indochinois de Marguerite Duras. Littératures. Université de Lorraine; Université du Québec à Montréal, 2021. Français. ⟨NNT : 2021LORR0134⟩. ⟨tel-03391116⟩
149 View
425 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More